CHANGER DE VIE // Laurène, 28 ans – de la com aux gâteaux.

Il y a un an et demi, je vous parlais de Laurène, une diplômée en communication qui souhaitait troquer son ordi contre un fouet. Elle débutait tout juste sa reconversion en suivant l’exigeant cursus court de préparation au CAP Pâtisserie à l’école Ferrandi. (Pour re-découvrir cet interview, c’est ici). Aujourd’hui, je vous propose de venir prendre de ses nouvelles.

Tu faisais quoi il y a 4 ans ?

J’étais en Master de communication au sein de l’EFAP et je réalisais un stage pour Paris Photo chez Reed exposition.

Tu fais quoi aujourd’hui ?

Je travaille au Pavillon des Canaux en tant que Pâtissière. Une nouvelle facette de mes aspirations.

pavillondescanaux-paris-19-brunch

Comment cette transition s’est-elle passée ?

J’ai suivi une réorientation professionnelle au sein de l’école Ferrandi à Paris. Cette formation très complète d’une durée 5 mois m’a permis d’obtenir mon CAP de pâtisserie.

Pourquoi as-tu fais ce choix ?

Après avoir exercé au sein de divers organismes, j’ai eu envie de revenir à un métier manuel et de mettre les mains à la pâte !
La pâtisserie était au départ pour moi une passion mais pas un métier envisageable. Après un temps de réflexion, j’ai eu envie de compléter mon cursus en communication par une connaissance technique en pâtisserie. Puis j’ai enfin envisagé d’en faire mon métier.
Depuis je n’ai pas l’impression d’aller travailler le matin mais de réaliser des gâteaux comme à la maison – dans une plus grande et plus belle cuisine . Je ne regrette pas les heures passées devant un ordi mais je préfère l’être aujourd’hui par plaisir et pour mon blog.

laurene

Tu te vois comment dans un an ?

La restauration est un monde qui bouge beaucoup. Alors je serai surement encore au Pavillon ou alors dans une autre pâtisserie. A paris ou peut être en province..

patissiere-pavillon-canaux

Et dans 4 ans ?

Ma réorientation montre ma polyvalence alors tout est possible !

A paris à Nantes à Bordeaux à Sydney à Singapour .. Pourquoi ne pas envisager la création d’un lieu qui me ressemblerait à Bordeaux ou Nantes !

Qu’est ce qui conduit, d’après toi, les jeunes diplômés et cadres sur le chemin de la cuisine ?

Il y a l’influence des médias qui a revalorisé ce métier et l’a montré sous un autre angle. Il y a aussi l’amour des français pour la pâtisserie. Le plaisir et la possibilité de bien manger !

C’est comment travailler dans un resto ? Quelle est ta vie ? C’est ce que tu imaginais ?

Il faut être matinal et ne pas regarder ses heures. C’est un travail d’équipe dans lequel il faut être très organisé, réactif et ne pas avoir peur de se remettre en cause. Côté vie privée, je suis la première à partir des soirées entre amis et la première à me lever le dimanche matin ! Je ne suis jamais en week-end en même temps que mes amis ce qui implique une organisation différente et scrupuleuse.
J’ai fait le choix d’un changement de vie. Mon entourage m’avais prévenu sur tous les cotés négatifs de cette profession sans me ménager. Bien sur il y a des avantages et des inconvénients mais je fais avec car j’aime ce que je fais.

tea_et_confettis_gluten_free3

Un conseil pour ceux qui voudraient lâcher leur souris pour un fouet ?

Il faut faire ce choix par passion car les conditions physiques sont très fatigantes.

Tu nous donnes la recette d’un dessert immanquable et fait en moins de 10 minutes ?

Des muffins au chocolat noisettes. La recette est sur mon blog.

muffins-recette

Retrouvez Laurène :
> Sur son blog de recettes Tea et Confettis

Comme toute parisienne qui se respecte, je rêve souvent de quitter Paris. Comme tous les parisiens, je reste et me plains car ça fait du bien et car j'<3 rien je suis parisien. Je reste aussi pour le chant de la baguette, pour ce petit japonais au bout de ma rue, pour ces adresses qui ouvrent chaque jour, pour une tartelette au citron, pour du fromage toujours au lait cru, pour un bibimbap dans le 15ème, un Tigre qui pleure dans le 13ème, pour un bar à vin dans le 2ème, pour cette nouvelle adresse de burger à la sauce chinoise. Pour les ponts, pour les ruelles, pour les épiceries, l'odeur des boulangeries, pour déambuler dans le 7ème observer ceux qui achètent leur PQ à la Grande Ep' et pour voir les boubous défiler à Barbès, pour un butter chicken Passage Brady et un parfait café latte rue de Babylone. Pour m'arrêter devant la Pagode, pour lécher les vitrines, pour se prendre pour une touriste, pour s'étonner à rêver d'y habiter…

Written By
More from Anaïs Lerma

Parc des Impressionnistes

FacebookTwitterPinterestSitué face à l’Île des Impressionnistes, ce parc est un petit Giverny...
Read More

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *