Chez Bagelstein, le bagel est une histoire de famille

bagelstein-henriette

Une envie subite de Bagel me conduisit 24 clics plus tard au 8 rue Saint Lazare, chez Bagelstein. Ne laissons pas de place au hasard lorsqu’il s’agit de déguster une spécialité que toutes les sandwicheries se plaisent à tenter et où peu excellent. Rendez-vous dans l’enseigne où le bagel n’est pas un ponctuel argument marketing mais une histoire de famille, celle d’Isidore Bagelstein et Henriette du Mans et ce, depuis 300 ans. Il a débarqué à Paris à la rentrée et s’est déjà démultiplié.

Accueil sympathique, on m’explique patiemment les multiples combinaisons possibles de bagels, de menus… Pour faciliter mon indécision, je me vois proposer les recettes maison : l’Isidore, l’Hypolite, l’Henriette, le Leontine, la Gab et l’Albertine et des bagels sucrés : Nutella, Spéculoos, beurre de cacahuètes, chocolat blanc… Reste à choisir le pain, oui le bagel quoi : nature, complet, sésame, pavot, oignons, multi-céréales, cannelle-raisin, pépites de chocolat.

bagelstein-comptoir

bagelstein-decoCes deux photos ont honteusement été volées sur la page Facebook de Bagelstein.

Dans mon assiette

Une formule : Un bagel salé et un bagel sucré + boisson à 8,50€

J’e craque pour l’Henriette : Cream Cheese (Philadephia), Mousse de thon, Concombres, Tomates et en dessert, tiraillée entre le caramel au beurre salé et le Nutella, j’opte pour une valeur sure car une faute de goût sur le caramel au beurre salé serait inexcusable.

bagels-emballes bagelstein-a-emporter

L’enseigne crée également un bagel spécial par mois, ce mois-ci, c’était un bagel spécial Noël
(figues séchées, Cream cheese aux oignons confits, Mâche, Foie gras de canard, Vinaigre balsamique). Oui, ça à l’air de déchirer !

J’ai failli craquer en plus de ça sur les cookies maison, je n’en avais jamais vu de si gros ! A voir sur le blog de Kat. A vrai dire, toutes les patisseries ont l’air succulentes, mais pour ma première, je n’ai vu d’autre alternative que du bagel, du bagel, du bagel, mais les cookies et muffins géants ne paient rien pour attendre.

bagelstein-henriette

bagel-henriette-bagelstein

 bagel-nutella-bagelstein 

bagel-nutella


C’est combien ?


tarif-bagelsteinVous pouvez également seulement craquer pour un bagel sucré à 2,30 € et acheter les pains à bagels vendus à l’unité 1 €.

Mon avis

La déco est soignée avec des panneaux humoristiques. J’ai pris mes bagels à emporter donc je ne parlerai pas de l’ambiance ni du niveau sonore. Par contre, l’accueil est des plus agréables et les serveurs aux petits soins. Bref, si vous avez une envie de bagel ou besoin de manger sur le pouce voire à emporter, Bagelstein est une option intelligente. Au même prix que de piètres sandwicheries à emporter, il n’y pas photo !

Note Ambiance/déco/servicedéco Bagelstein
Note pour le goûtdéco Bagelstein
a-emporter-bagelstein devanture-bagelstein
bagels-bagelstein prospectus-bagelstein

C’est où ?

Alors que l’enseigne était encore absente de la capitale en septembre, les Bagelstein poussent plus vite que leurs pains à trous.

Déjà 5 adresses dont deux ouvertures en janvier !

13, Rue des Pyramides – 75001
46, Rue Monsieur-le-Prince (début janvier) – 75006
50, Rue Miromesnil – 75008
8, Rue Saint-Lazare – 75009
16, Rue Joubert (fin janvier) – 75009

Bagelstein

Comme toute parisienne qui se respecte, je rêve souvent de quitter Paris. Comme tous les parisiens, je reste et me plains car ça fait du bien et car j'<3 rien je suis parisien. Je reste aussi pour le chant de la baguette, pour ce petit japonais au bout de ma rue, pour ces adresses qui ouvrent chaque jour, pour une tartelette au citron, pour du fromage toujours au lait cru, pour un bibimbap dans le 15ème, un Tigre qui pleure dans le 13ème, pour un bar à vin dans le 2ème, pour cette nouvelle adresse de burger à la sauce chinoise. Pour les ponts, pour les ruelles, pour les épiceries, l'odeur des boulangeries, pour déambuler dans le 7ème observer ceux qui achètent leur PQ à la Grande Ep' et pour voir les boubous défiler à Barbès, pour un butter chicken Passage Brady et un parfait café latte rue de Babylone. Pour m'arrêter devant la Pagode, pour lécher les vitrines, pour se prendre pour une touriste, pour s'étonner à rêver d'y habiter…

Written By
More from Anaïs Lerma

Comptoir Breizh, la Bretagne rue des entrepreneurs !

FacebookTwitterPinterestOuvrir un commerce rue des entrepreneurs ça ne s’invente pas… Et quand...
Read More

10 Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *