Else, la Méditerranée près de la Canopée, what else ?

by

Les saveurs méditerranéennes ont pris leur quartier à côté de la controversée Canopée. Le Chef a quitté le soleil d’Israël pour proposer aux palais français les épices et saveurs du bassin méditerranéen.
C’est dans un cadre branché, sur 2 étages que le voyage démarre.

Dans nos assiettes ?

else-les-halles-restaurant-mediterraneen-paris

else-resto-mediterraneen-paris

else-restaurant-mediterraneen-paris-resto

else-restaurant-mediterraneen-paris-les-halles

else-restaurant-mediterranee-paris-1
else-restaurant-mediterranee-paris

else-restaurant-mediterranee-paris1

else-restaurant-mediterraneen-paris1

else-restaurant-mediterraneen-paris-israel

C’est combien ?

Menu déj 13,50€

Au dîner : plat autour de 20€

Mon avis ?

Le travail des épices et des herbes, ce n’est pas seulement la cerise sur le gâteau. Ça peut aussi parfois définir un plat, sublimer un produit ou lui donner de l’intérêt, équilibrer son goût, contrebalancer son amertume ou apporter le peps dont les papilles ont besoin pour défaillir. Le Chef adore les épices et elles le lui rendent bien. Si on trouve des classiques israéliens à la carte, c’est plus largement la Méditerranée qui joue carte sur table chez Else. La carte des cocktails vaut aussi le coup d’oeil. Au sous-sol, une sculpturale chanteuse est au centre de la salle.

else-restaurant-mediterraneen-paris
Else

49 Rue Berger, 75001 Paris

Ouvert midi et soir du lundi au vendredi et le samedi soir

www.elseparis.fr

Comme toute parisienne qui se respecte, je rêve souvent de quitter Paris. Comme tous les parisiens, je reste et me plains car ça fait du bien et car j'<3 rien je suis parisien. Je reste aussi pour le chant de la baguette, pour ce petit japonais au bout de ma rue, pour ces adresses qui ouvrent chaque jour, pour une tartelette au citron, pour du fromage toujours au lait cru, pour un bibimbap dans le 15ème, un Tigre qui pleure dans le 13ème, pour un bar à vin dans le 2ème, pour cette nouvelle adresse de burger à la sauce chinoise. Pour les ponts, pour les ruelles, pour les épiceries, l'odeur des boulangeries, pour déambuler dans le 7ème observer ceux qui achètent leur PQ à la Grande Ep' et pour voir les boubous défiler à Barbès, pour un butter chicken Passage Brady et un parfait café latte rue de Babylone. Pour m'arrêter devant la Pagode, pour lécher les vitrines, pour se prendre pour une touriste, pour s'étonner à rêver d'y habiter…

No tags 0

Inaugurez les commentaires !

Un petit mot ?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *