10 conseils aux futures mamans

Maman de 3 enfants nés en février 2014, janvier 2017 et juillet 2018, j’ai eu 3 grossesses différentes, 3 accouchements bien singuliers et les débuts de vie de mes bébés ne se sont jamais ressemblés. Pourtant, je pense que dans tous les cas, si l’on me le demandait, je donnerais ces 10 conseils à une femme qui serait sur le point d’accoucher.

1 – N’écoutez pas les conseils

Etrange comme premier conseil… Tatie Gisèle a de belles anecdotes, des solutions miracles et des conseils à revendre, même si vous décidez de ne pas les acheter d’ailleurs. Bien entendu l’expérience a du bon et il est parfois bon de savoir écouter les mots de ceux qui ont vécu une fois, deux fois, trois fois la période et les maux que vous traversez. Mais, vous vous rendrez vite compte que les conseils de Tatie Gisèle et de votre amie Sarah se contredisent souvent, que chaque bébé est unique et que le plus important est de s’écouter, de se faire confiance et de tester par soi-même sur son bébé différentes choses.

2 – Ne restez pas seule à la maison les premiers jours

Je parle ici de la présence de l’autre parent. Je le sais. Ce n’est pas possible pour tout le monde. Mais ici, on parle de mes conseils par rapport à mes expériences d’accouchement et de post-accouchement. Et j’aurais eu beaucoup de mal à rester seule les premiers jours chez moi avec bébé, d’autant plus le premier. Fatigue, séquelles physiques et parfois psychologiques de l’accouchement, stress et angoisses engendrés par le nourrisson à gérer et déprime due à la chute d’hormones… Je trouve d’ailleurs qu’il devrait y avoir un congé obligatoire pour l’autre parent ou pour un aidant le cas échéant visant simplement à ne pas laisser la mère seule (à moins que ce soit son souhait évidemment…). Enfin bref, il y a du temps qui ne se rattrape pas et les premiers jours de la vie d’un bébé en font partie et c’est bien de les partager (pour le meilleur et pour le pire ;)). Et l’autre parent n’est pas un assistant, quelqu’un qui doit pouvoir se libérer, il a autant de raison de vois d’être là…

2 – Répétez-vous que tout est éphémère et que tout passe

Répétez-vous cela à chaque fois que vous sentez que ça va pas le faire. Que vous vous dites que putain, c’est quoi ce traquenard dont on ne sort plus jamais ;). Les premiers jours, semaines, mois peuvent être vraiment difficiles. Des semaines stressantes, éprouvantes, aliénantes aussi – comme un jour sans fin – avec peu de sommeil, beaucoup de tétées ou bib, des pleurs inexplicables. Il n’y a que peu de remèdes aux pleurs, la seule chose qui permet vraiment de prendre de la hauteur et de ne pas désespérer est de véritablement intégrer que cette étape est passagère. Qu’elle passe. Pour ma part, quand un bébé pleure, s’il a mangé, si sa couche est changée, si j’ai tenté de faire sortir un rot coincé, et si j’ai un peu massé son bide pour voir s’il n’avait pas de gaz, je tente l’emmaillotage en dernier recours. Très sincèrement, l’emmaillotage a très très bien marché pour 2 de mes 3 enfants. Et si ça ne passe pas, je le mets dans son lit dans une autre pièce pendant une dizaine de minutes en tentant de penser à autre chose. Parce que je pense que les mauvaises ondes ont tendance à être contagieuse et qu’il faut parfois casser le cercle vicieux.

3 – Sortez

On a parfois si peur des microbes que l’on pense qu’ils se jetteront sur bébé à la minute où l’on passera le pas de la porte. Malheureusement (ou pas), les microbes sont surtout dans la bouche des gens et sur leur main. Bébé a souvent davantage de risques avec la visite de Tatie Gisèle à la maison que dehors, dans un parc ou en balade. Par ailleurs, dans mon cas, sortir est essentiel pour ne pas déprimer, pour rythmer la journée (même si vu d’un autre angle, elles peuvent vous sembler rythmées) et même pour profiter. Par ailleurs, même si l’on ne s’en rend pas compte sur le coup, les premières semaines et mois du bébé sont les plus simples pour sortir avec lui partout, resto, balade… Je suis sortie, avec mes deux premiers bébés, dès leurs sorties de la maternité.

4 – Allez voir un ostéo

Sincèrement, j’ai eu 3 accouchements longs et douloureux. A chacun d’eux, j’avais littéralement l’impression qu’un camion m’était passé dessus (parfois plusieurs fois). Après chacun d’eux, je suis très rapidement allée chez l’ostéopathe (4 à 8 jours après l’accouchement dans mon cas). Une ostéo spécialisée pour les femmes enceintes et en post spartum. Et à chaque fois, je me suis sentie immédiatement beaucoup mieux. Maux de dos, au bassin, estomac en vrac, douleur au niveau de la péridurale, à chaque fois, l’ostéo m’a vraiment retiré quasi tous mes maux. Par ailleurs, on peut faire une séance conjointe avec son bébé (si l’ostéo détient une spécialisation bien entendu) pour vérifier s’il n’a pas eu de souffrance et déplacements durant l’accouchement. Je trouve même que c’est un bon cadeau de naissance.

5 – Ne googlez pas

Evidemment ce conseil vaut également (ou encore davantage) durant la grossesse. Doctissimo est le site le plus flippant du monde et il est également tellement bien référencé que vous aurez 90% de chance (ou malchance) de tomber dessus… Et sincèrement, ça m’a toujours fait flipper et très très rarement aidée.

6 – Ne comparez pas

Il est tellement tentant de comparer l’évolution de bébé avec celui des voisins, de votre pote, de sa cousine. Et c’est franchement dur de ne pas le faire, c’est même naturel j’imagine. Mais c’est tellement mauvais. Il y a tellement de domaines sur lesquels le bébé évolue et qui sont, pour le moment, invisible (le langage par exemple). Pour ce qui concerne le développement de votre bébé, le pédiatre se charge de le suivre durant les rendez-vous mensuels, pour le reste, qu’il tienne assis à 4 ou 8 mois ne change en rien la face de son monde ni la brillance de son avenir ;).

7 – Lâchez prise et Déléguez – appliquez la loi du moindre effort 🙂

La corbeille à linge déborde, sincèrement, il n’y a pas mort d’hommes. En réalité, peu de choses sont plus importante que se sentir un minimum reposé alors prenez du temps pour vous reposer, même si vous n’arrivez pas à faire de sieste.

Si vous le pouvez, déléguez à peu près tout ce qui ne vous fait pas plaisir, vous fait perdre de l’énergie et/ou du temps. Si vous en avez les moyens et n’en avez pas en temps normal, c’est le moment de prendre quelques heures de ménage. Pour vos repas, les premiers jours, pourquoi ne pas se faire livrer des plats (Frichti, UberEats).

9 – Ne vous sentez pas obligé d’accepter les visites

Très sincèrement, j’ai toujours détesté les visites à la maternité et chez moi juste après mon accouchement. Tu as une gueule de déterrée, cette visite qui va te faire quitter ton jogging et te forcer à avoir une conversation un minimum censée et potentiellement te voler le peu de temps que tu avais en journée pour boire un café chaud / répondre à 10 SMS / te laver les cheveux. Bref, les tantes relous, on leur sort un petit mytho si on préfère se les taper un peu plus tard.

10 – Le bidon de grossesse sans bébé dedans…

Euh , je brise un secret super bien gardé grâce (ou à cause) des instagrameuses qui ont le ventre plat le lendemain de leur accouchement, quand on sort de la mater, on a un gros bide. Genre un bide de femme enceinte, plus ou moins gros, je dirais de 4 à 6 mois. Encore gros, et super flasque, mou, bref, en plus d’avoir une gueule de déterrée, des douleurs un peu partout, on a un gros bide à moins d’être passée directos à la phase « flasque ». Bref, il est possible que l’on vous demande de combien de mois vous êtes enceinte. YOUHOU. Franchement, prévoir une tenue jolie et ample pour sortir de la mater aide pas mal psychologiquement… Enfin, je trouve que c’est même pas du luxe d’avoir plusieurs tenues post grossesse dans lesquelles on sent bien… On dit souvent que le bidon grossit pendant 9 mois et qu’il faudra le même temps pour qu’il se rétablisse. Bon, la vérité, ça se fait pas par l’opération du Saint Esprit même en 9 mois.

Je vous invite à lire mon article « Ce que j’aurais aimé savoir avant de devenir maman »

 cadeaux-de-naissance-originaux

3 Responses
  • Ensse
    octobre 3, 2018

    Merci pour ces conseils !! Maman d une petite beauté de 3 semaines, je suis assez désarçonnée par ses pleurs « inexpliqués  » surtout le soir …. Je ne pensais pas que ça serait si destabilisant et fatigant !! Et puis c’est vrai que physiquement j’ai l’impression d’être en convalescence….
    Mais c’est vrai que tant d’amour d un coup c’est qd même incroyable 🙂

  • Aurélie
    octobre 4, 2018

    Comme je me reconnais dans tout ça ! Avec le recul, j’aurais fait les choses tellement différemment!

    Mention spéciale pour le point 2. J’aimerais pouvoir aller voir le moi d’il y a un an et lui dire que d’ici quelques mois, ce sera le bonheur total !

    Très bon article 😉

  • Charlotte - Enfance Joyeuse
    octobre 4, 2018

    Un article très sympa ! 🙂 Je te rejoins tout particulièrement sur le conseil N°1 !
    A bientôt,
    Charlotte

Laissez-moi un mot

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *