Maison de Champagne LANSON

Il y a quelques semaines, avant les fêtes de Noël où les bulles font leur show,  j’ai été envoyé en mission très spéciale pour découvrir la Maison de Champagne Lanson, au coeur même de Reims, la capitale mondiale du Champagne.

D’ailleurs, la Maison possède un hectare tout rond de vignes en plein coeur de la ville : ces raisins ne sont utilisés que dans la fabrication du Clos Lanson, le meilleur champagne de la Maison. Les autres vignes sont éparpillées dans la région.

lanson-champagne

champagne-lanson

La Maison Lanson, c’est tout d’abord l’une des plus anciennes Maison de Champagne de France, plus de 250 ans et pas une ride. Une Maison restée fidèle aux traditions, elle ne pratique pas la fermentation malolactique, la désacidification du vin sous l’action de bactéries. En 1900, la reine Victoria a remis à Lanson, le Royal Warrant of Appointment, faisant de la Maison un produit officiel de la couronne britannique ! Et depuis, il n’a jamais été retiré.

champaagne-lanson-reims

champagne-laoson

lanson-champagne-reims

 

A défaut d’être invités chez Kate et William, vous pourrez boire le même champagne qu’eux.
La Maison a plusieurs gammes de champagne : les Classiques, l’Extra Age, La Noble Cuvée et prochainement le Clos Lanson, le plus travaillé et le plus spécial des champagnes Lanson.

Après avoir traversé l’immense salle des futs, on a commencé la dégustation avec 3 champagnes : le Black Label, le Pink Label et le Ivory Label.

Le Black Label est la signature de la Maison, et honnêtement, il est vraiment excellent. Les bulles sont très fines, il n’est pas acide, il sent l’iode… Il était 10 heures et demie et j’avais vraiment envie de manger des fruits de mer.

Le Pink Label est le champagne rosé de la Maison. Il sent la mure, la framboise, la rose, mais il n’est pas sucré. C’est assez étrange comme sensation, mais c’est très agréable. Pour l’anecdote, le Pink Label est l’un des tous premiers champagnes rosés, né dans les années 50.

Et pour finir, nous avons gouté le White Label. D’après Hervé Dantan, le Chef de Caves de la Maison, le demi-sec est un peu passé de mode, mais si on l’accompagne de zestes de citron ou de menthe il est tout de même très bon… et il a raison. Moi qui n’aime pas trop les alcools sucrés, j’ai été très agréablement surpris ! On ne sent pas trop le sucre, mais plus un parfum, une sensation.

Pour déjeuner nous avons quitté les caves qui s’étendent sur plus de 7km ou dorment 20 millions de bouteilles pour aller au Perching Bar, un bar dans les arbres au coeur de la montagne de Reims.

Nous avons gouté les Extra Age de la Maison : le Brut, le Rosé, et le Blanc de Blancs. Ce sont des assemblages de millésimes : par exemple, le Brut est assemblé a partir des millésimes 2000, 2002 et 2004, le Rosé, 2002, 2004, 2005, etc. Le résultat est incroyable : les champagnes sont à la fois très agréables au gout, tout en étant complexes.

Le Brut est puissant avec des bulles fines mais n’est pas amer et moins iodé que le Black Label : si vous n’aimez pas les champagnes trop prononcés, c’est celui qu’il vous faut.

Mention très spéciale au Rosé : je m’attendais à un champagne sucré avec des arômes de fruits rouges et pas du tout : il était très doux, presque classique. Il était beaucoup moins rose que le Pink Label, et avec des notes plu subtiles… Il accompagne parfaitement les desserts, mais attention à ne pas prendre de chocolat : ça tuerait le champagne.

lanson

Le Blanc de Blancs est de loin mon préféré. Les bulles sont très fines, il est très doux, très fin, il a un arôme complexe, presque exotique, bref, un champagne excellent. Avec le foie gras c’était parfait !

D’un point de vue purement technique, les champagnes Lanson sont accessibles chez Nicolas mais aussi chez beaucoup de cavistes. Le Black Label tourne autour de 30€ la bouteille, et les Extra Age, 60€ environ. Pour les plus motivés, le Clos Lanson tourne autour de 105 euros.

Sur ce, je vous laisse, j’ai une bouteille qui m’attend…

clos-lanson

Quelqu’un a dit un jour qu’il existait deux types de personnes dans le monde : ceux qui vivaient pour manger, et ceux qui mangeait pour vivre. Et à la réflexion, il a raison. Surtout à Paris, ou en moins de 10 minutes, on peut trouver tout ce dont on a envie : du vin, blanc, rouge, jaune, a bulles, du fromage, de la viande, des légumes de saison, encore du fromage, du poisson sous toutes ses formes, encore un peu de fromage, des pâtisseries, des burgers, du fromage encore un petit peu, du pain, des bobuns…
Ouais. Paris, c’est la vie. Et la vie, c’est manger.

Written By
More from Timothée

Maison de Champagne LANSON

FacebookTwitterPinterestIl y a quelques semaines, avant les fêtes de Noël où les...
Read More

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *