Mama Jackson Soul Food

by

Et si la Soul Food débarquait à Paris ? Je vois de plus en plus d’adresses inspirées de la culture culinaire afro-américaine, née dans les années 20 à Harlem, fleurir à Paris. On retrouve dans toutes ces adresses – Gumbo Yaya, le food truck New Soul Food ou dans un registre moins street 13-a Baker’s Dozen – l’emblème de cette cuisine : le chicken & waffle. Je vous emmène aujourd’hui dans le 12ème, entre Reuilly-Diderot et Gare de Lyon, chez Mama Jackson Soul Food.

Dans nos assiettes ?

Chicken & waffle : du poulet frit en croûte épicée, servi sur une grosse gaufre, accompagné d’un petit pot de sirop d’érable et de coleslaw.

Mama’s Jackson Plate : 2 pièces de poulet frit, coleslaw et 2 accompagnements (haricots rouges épicés et riz, écrasé de patates douces, macaroni and cheese, frites cajun).

mama-jackson-soul-food-chicken-waffle-paris-12

C’est combien ?

Mama’s Jackson plate (avec deux accompagnements) : 14€

Chicken & Waffle : 15€

Mon avis ?

Une petite salle, quelques places assises. À la TV : les clips RnB du début des années 2000, Lauryn Hill et Destiny Child en bonne place. Un tableau au comptoir avec l’inscription « Using a knife for the fried chicken ? Really ?? ». Ici, on est dans l’antre de la soul food, la friture est reine, les épices cajun s’invitent un peu partout, et le mot régime n’est pas trop envisageable à part pour évoquer un régime de bananes aloko (plantain frites).

Une cuisine faite-maison, roborative et savoureuse, la friture du poulet est addictive même si elle peut être un peu épicée pour certains, les portions sont ultra-généreuses, le service très sympa. Un lieu avec une âme pour les chicken lovers aux estomacs bien accrochés…

 

Mama Jackson Soul Food

147 rue de Charenton – 75012 Paris
Ouvert du mardi au samedi midi et soir et dimanche de 12h à 16h

www.facebook.com/mamajacksonsoulfood

Comme toute parisienne qui se respecte, je rêve souvent de quitter Paris. Comme tous les parisiens, je reste et me plains car ça fait du bien et car j'<3 rien je suis parisien. Je reste aussi pour le chant de la baguette, pour ce petit japonais au bout de ma rue, pour ces adresses qui ouvrent chaque jour, pour une tartelette au citron, pour du fromage toujours au lait cru, pour un bibimbap dans le 15ème, un Tigre qui pleure dans le 13ème, pour un bar à vin dans le 2ème, pour cette nouvelle adresse de burger à la sauce chinoise. Pour les ponts, pour les ruelles, pour les épiceries, l'odeur des boulangeries, pour déambuler dans le 7ème observer ceux qui achètent leur PQ à la Grande Ep' et pour voir les boubous défiler à Barbès, pour un butter chicken Passage Brady et un parfait café latte rue de Babylone. Pour m'arrêter devant la Pagode, pour lécher les vitrines, pour se prendre pour une touriste, pour s'étonner à rêver d'y habiter…

No tags 0

Inaugurez les commentaires !

Un petit mot ?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

[an error occurred while processing this directive]
Inline
Inline