HOMES TO INSPIRE | RELAXED GRANDEUR

by

Cahn took her model from her former employer, Google, where she was head of sales and saw the benefits of the open system there. Google didn’t publish individual salaries, but made ranges for roles public, so that employees had a solid sense of exactly where they stood in the company: « Everyone had their levels and tangible steps how to get there. »

It’s worth noting, that Silicon Valley is not a pioneer in this particular area. The Federal Government publishes the salaries of all its employees every year. (There, the government has the added incentive of needing to account for taxpayer dollars.)

Kara DeFrias, deputy director of 18F, a digital services agency that works within the federal government, finds the lack of transparency at most companies when it comes to salary necessarily complicates the hiring process: « I’ve long been frustrated that HR departments don’t publish salary ranges on job descriptions, » says DeFrias. The obscurity of salary information can set off a « cat and mouse game » when you’re applying for a job: « If you ask too early what the range is, you could look like a jerk; if they ask previous salary or desired pay range first you’re screwed. » DeFrias says she always asks first now when she’s applying for a new job.

Comme toute parisienne qui se respecte, je rêve souvent de quitter Paris. Comme tous les parisiens, je reste et me plains car ça fait du bien et car j'<3 rien je suis parisien. Je reste aussi pour le chant de la baguette, pour ce petit japonais au bout de ma rue, pour ces adresses qui ouvrent chaque jour, pour une tartelette au citron, pour du fromage toujours au lait cru, pour un bibimbap dans le 15ème, un Tigre qui pleure dans le 13ème, pour un bar à vin dans le 2ème, pour cette nouvelle adresse de burger à la sauce chinoise. Pour les ponts, pour les ruelles, pour les épiceries, l'odeur des boulangeries, pour déambuler dans le 7ème observer ceux qui achètent leur PQ à la Grande Ep' et pour voir les boubous défiler à Barbès, pour un butter chicken Passage Brady et un parfait café latte rue de Babylone. Pour m'arrêter devant la Pagode, pour lécher les vitrines, pour se prendre pour une touriste, pour s'étonner à rêver d'y habiter…

No tags 1

Inaugurez les commentaires !

Un petit mot ?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

[an error occurred while processing this directive]
Inline
Inline