Yemma, restaurant marocain rue du Chemin Vert, Paris 11è

par

Côté carte, rien de révolutionnaire sous le soleil de Casa : couscous, salade méchouia, et sandwich dans batbout (petit pain à la semoule) ou msemen (crèpe de pâte feuilletée). Côté déco, briques, formica, carreaux de ciment et carrelages blanc, menu sur rouleau kraft au mur : Yemma, au style rétro et résolument moderne. Yemma, maman en marocain, c’est un spot de street food marocaine qui vient d’ouvrir sa seconde adresse 2 rue Saint Sauveur. Mais, je vous propose aujourd’hui un voyage rue du Chemin-Vert. Comment être mieux accueilli qu’avec un comptoir débordant de msemen, de batbouts, et cornes de gazelle ? On n’a pas trouvé…

Dans nos assiettes ?

Un couscous merguez
Un Kazdal kefta grillée dans un batbout
Un couscous au poulet confit
Citronnade

Mon avis ?

J’imagine que c’est toujours un challenge pour des cuisines traditionnelles et familiales d’ouvrir un resto moderne. J’entends déjà « mais le tajine de ma maman, il est 1000 fois meilleur ». Ce jour-là, deux filles avaient emmené ici leur Yemma (maman, vous suivez pas ou quoi ?), et je les connais les mamans de mauvaise foi qui grimaceraient juste par principe devant un couscous qui ne sort pas de leur cuisine. Et bien, leur plats se sont vidés à vitesse grand V. Le chef ici, c’est Abdel Alaoui, star de la cuisine marocaine et chroniqueur télé dans C à vous. J’avais pris le Kazdal batbout kefta. la texture du batbout est parfaite, moelleux à souhait et assez grillé pour apporter un peu de résistance, kefta fondante, pas sèche pour un sou, coriandre et menthe fraîche et un peu de fleur d’oranger et une sauce méga bonne non identifiée (désolée). Bonne musique, bonne ambiance, mangeurs de tous horizons. Vivement la visite de la seconde adresse !

yemma-restaurant-marocain-rue-saint-maur-2

YEMMA

119 Rue du Chemin Vert, 75011 Paris

Ouvert tous les jours midis et soirs

www.facebook.com/cantineyemma

Comme toute parisienne qui se respecte, je rêve souvent de quitter Paris. Comme tous les parisiens, je reste et me plains car ça fait du bien et car j'<3 rien je suis parisien. Je reste aussi pour le chant de la baguette, pour ce petit japonais au bout de ma rue, pour ces adresses qui ouvrent chaque jour, pour une tartelette au citron, pour du fromage toujours au lait cru, pour un bibimbap dans le 15ème, un Tigre qui pleure dans le 13ème, pour un bar à vin dans le 2ème, pour cette nouvelle adresse de burger à la sauce chinoise. Pour les ponts, pour les ruelles, pour les épiceries, l'odeur des boulangeries, pour déambuler dans le 7ème observer ceux qui achètent leur PQ à la Grande Ep' et pour voir les boubous défiler à Barbès, pour un butter chicken Passage Brady et un parfait café latte rue de Babylone. Pour m'arrêter devant la Pagode, pour lécher les vitrines, pour se prendre pour une touriste, pour s'étonner à rêver d'y habiter…
No tags 0

Inaugurez les commentaires !

Un petit mot ?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

[an error occurred while processing this directive]