Alma, le chimney cake, la pâtisserie venue de Hongrie

alma-chimney-cake-hongrois-paris

Que d’excitation autour de cette adresse… Je m’y suis déjà rendue deux fois et je dois dire que j’adore. Une brioche à la broche, sans beurre et à la farine bio, c’est le chimney cake ou Kürtoskalács en hongrois.

Dans nos assiettes ?

Un menu chimney salé (chèvre, figues)+ mini chimney sucré (cacao) + boisson

Un menu chimney sucré (amandes, chocolat) + café

alma-chimney-cake-paris

alma-chimney-cake-paris3

alma-chimney-cake-paris-3

alma-chimney-cake-paris-hongrie
alma-chimney-cake-patisserie-paris

C’est combien ?

Menu chimney salé, salade + mini sucré + boisson : 9€

Menu chimney sucré + boisson : 5€

Mon avis ?

Il y a d’abord l’odeur quand on passe devant la micro échoppe. Et puis, il y a le geste. La pâte au levain à la fleur d’oranger enroulée autour d’une broche avant d’être cuite et roulée dans du cacao, des amandes, de la noix de coco, de la cannelle ou n’importe quel topping choisi. Et puis, il y a la texture magique, aussi croustillante à l’extérieur que moelleuse à l’intérieur. Caramélisée, c’est avec un plaisir non dissimulable qu’on déroule la pâte… Finalement, les toppings n’ajoutent peut-être pas grand chose, il va falloir que je revienne tester la version nature. Quant à la version salée au chèvre et figues, c’est vraiment pas mal et ça tient au corps et au coeur. La petite cheminée ne s’enflamme pas avec des prix accessibles. Attention, très peu de places assises à l’intérieur mais une grande table est à l’extérieur dès que le temps le permet.

Alma

22 rue Réaumur – 75003 Paris

Ouvert du mardi au dimanche de 12h00 à 19h00

Page Facebook

Comme toute parisienne qui se respecte, je rêve souvent de quitter Paris. Comme tous les parisiens, je reste et me plains car ça fait du bien et car j'<3 rien je suis parisien. Je reste aussi pour le chant de la baguette, pour ce petit japonais au bout de ma rue, pour ces adresses qui ouvrent chaque jour, pour une tartelette au citron, pour du fromage toujours au lait cru, pour un bibimbap dans le 15ème, un Tigre qui pleure dans le 13ème, pour un bar à vin dans le 2ème, pour cette nouvelle adresse de burger à la sauce chinoise. Pour les ponts, pour les ruelles, pour les épiceries, l'odeur des boulangeries, pour déambuler dans le 7ème observer ceux qui achètent leur PQ à la Grande Ep' et pour voir les boubous défiler à Barbès, pour un butter chicken Passage Brady et un parfait café latte rue de Babylone. Pour m'arrêter devant la Pagode, pour lécher les vitrines, pour se prendre pour une touriste, pour s'étonner à rêver d'y habiter…

Written By
More from Anaïs Lerma

La Petite chococolatière, salon de thé à la Motte Picquet

FacebookTwitterPinterestLa Petite Chocolatière située dans l’avenue de la Motte Picquet n’est pas...
Read More

1 Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *