Boneshaker Doughnuts, le donuts qui remue Paris

by

Direction le quartier Montorgueil et la petite rue d’Aboukir trouver Boneshaker de bonne heure. C’est-à-dire que ça fait 3 fois que je passe ici et fais chou blanc devant une pancarte « We’re sold out » sur la porte du 77 rue d’Aboukir.

Ces doughnuts me font de l’oeil depuis l’apparition de leur forme ronde et voluptueuse et de leur glaçage indécent sur Instagram. Aux manettes de cette échoppe : la Chef pâtissière américaine Amanda Bankert et son mari irlandais Louis Scott. Ils vous expliqueront que leurs donuts mettent 2 jours à être confectionnés avec des oeufs bio et de la farine française, une fermentation sur une pâte de brioche au beurre, et des fruits de saison.

manger-meilleur-donuts-paris-boneshaker

Au programme, des classiques mais toujours aussi efficaces à l’instar du sucre-cannelle, du chocolat ou du caramel au beurre salé et des donuts audacieux à l’image de ceux au vin chaud, au bacon et sirop d’érable, à la bière brune-vanille, aux pop corns caramélisés et au bourbon, ou encore au chocolat et chamallow toasté.

Pour accompagner la bête sur les quelques places assises, on vous sert du café filtre de la Brûlerie Belleville.

Dans mon assiette ?

Un doughnuts Sucre-Cannelle pour bien sentir le beignet sans glaçage

Un doughnuts caramel au beurre salé.

boneshaker-donuts

Boneshaker-Doughnuts-rue-aboukir

Boneshaker-Doughnuts

donuts-paris-2-Boneshaker-Doughnuts

rue-aboukir-Boneshaker-Doughnuts-meilleur-donuts-paris

rue-aboukir-Boneshaker-Doughnuts

C’est combien ?

3,50€ le donuts

Mon avis

Régressif oui, mais loin du souvenir du beignet imbibé de gras jusqu’à ses pores. La fermentation de la pâte et le savoir-faire d’Amanda assure une mie aérienne. C’est fat, du comfort food à l’état pur et dans les règles de l’art.

trouver-meilleur-donuts-paris-boneshaker

Boneshaker Doughnuts

77 Rue d’Aboukir, 75002 Paris

Ouvert le mardi de 12h à 18h et du mardi au samedi de 10h à 19h

www.facebook.com/boneshakerparis

meilleur-donuts-paris-boneshaker

Comme toute parisienne qui se respecte, je rêve souvent de quitter Paris. Comme tous les parisiens, je reste et me plains car ça fait du bien et car j'<3 rien je suis parisien. Je reste aussi pour le chant de la baguette, pour ce petit japonais au bout de ma rue, pour ces adresses qui ouvrent chaque jour, pour une tartelette au citron, pour du fromage toujours au lait cru, pour un bibimbap dans le 15ème, un Tigre qui pleure dans le 13ème, pour un bar à vin dans le 2ème, pour cette nouvelle adresse de burger à la sauce chinoise. Pour les ponts, pour les ruelles, pour les épiceries, l'odeur des boulangeries, pour déambuler dans le 7ème observer ceux qui achètent leur PQ à la Grande Ep' et pour voir les boubous défiler à Barbès, pour un butter chicken Passage Brady et un parfait café latte rue de Babylone. Pour m'arrêter devant la Pagode, pour lécher les vitrines, pour se prendre pour une touriste, pour s'étonner à rêver d'y habiter…

No tags 0
1 Response

Un petit mot ?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Inline
Inline