Happa Tei, le temps des tokoyakis et okonomiyakis à Paris

par

Happa Tei est à l’okonomiyaki ce que la Mère Poulard est à l’omelette : un temple. Si j’ai choisi cette comparaison, c’est car l’okonomiyaki ressemble à une sorte d’omelette. Ce plat japonais est composé d’une pâte (principalement à base d’oeuf et de farine de blé) qui sert de liant et de différents produits découpés en petits morceaux (viande, fromage, poissons, crustacés), le tout cuit sur une plaque chauffante. Au coeur du quartier Saint-Anne où udons, ramens, bentos, gyudon, soba, sushis, mochi, dorayaki et katsudon se bousculent au portillon. Peu se frottent pourtant aux okonomiyaki et tokoyaki. Je vous emmène aujourd’hui dans l’un des meilleurs endroits pour découvrir ces spécialités…

Dans nos assiettes ?

Un menu Okonomiyaki : un okonomiyaki calamar et 3 tokoyakis tradi (sauce BBQ).

Un menu Yakisoba : yakisoba fruits de mer (crevettes, calamars, St-Jacques) 3 tokoyakis sauce soja.

happa-tei-paris-okonomiyaki-takoyaki-2

C’est combien ?

Menu onomyaki + 3 tokoyakis : 15€

3 tokoyakis = 4,50€

6 tokoyakis : 8€

menu-happa-tei

Mon avis ?

Devanture aux allures de mangas, on peut voir de l’extérieur la confection des tokoyakis et okonomiyakis. Une salle se niche à l’étage. Les connaisseurs savent qu’il vaut mieux arriver tôt. Les spécialités sont élaborés dans les règles de l’art. tokoyakis fondants, sauce tradi BBQ mortelle. Une excellente adresse assez addictive. On prendrait bien une demi-douzaine de tokoyakis à chaque passage dans le quartier…

HAPPA TEI

64 Rue Sainte-Anne, 75002 Paris

Ouvert midi et soir tous les jours sauf le dimanche

Comme toute parisienne qui se respecte, je rêve souvent de quitter Paris. Comme tous les parisiens, je reste et me plains car ça fait du bien et car j'<3 rien je suis parisien. Je reste aussi pour le chant de la baguette, pour ce petit japonais au bout de ma rue, pour ces adresses qui ouvrent chaque jour, pour une tartelette au citron, pour du fromage toujours au lait cru, pour un bibimbap dans le 15ème, un Tigre qui pleure dans le 13ème, pour un bar à vin dans le 2ème, pour cette nouvelle adresse de burger à la sauce chinoise. Pour les ponts, pour les ruelles, pour les épiceries, l'odeur des boulangeries, pour déambuler dans le 7ème observer ceux qui achètent leur PQ à la Grande Ep' et pour voir les boubous défiler à Barbès, pour un butter chicken Passage Brady et un parfait café latte rue de Babylone. Pour m'arrêter devant la Pagode, pour lécher les vitrines, pour se prendre pour une touriste, pour s'étonner à rêver d'y habiter…
No tags 0

Inaugurez les commentaires !

Un petit mot ?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

[an error occurred while processing this directive]