Ibaji, restaurant coréen issu du projet de la Jeune rue – rue Vertbois – Paris 3ème

ibaji-restau-coreen-burgers-rue-vertbois

Ibaji a fait une ouverture remarquée au coeur du 3ème dans la désormais célèbre rue Vertbois re-baptisée la Jeune Rue. Si vous avez raté ce projet ambitieux d’un millionnaire gourmet, une séance de rattrapage s’impose. Cédric Naudon a fait main basse sur plus de 38 commerces de la rue Vertbois et des rue adjacentes pour en faire des commerces de bouche et des restaurants visant à promouvoir une gastronomie responsable, éthique et locavore. Si cela vous parle, la suite dans l’article consacré au projet de la Jeune Rue. Je débarque donc avec enthousiasme et curiosité dans la rue Vertbois où tous les commerces sont encore fermés. Seul le restaurant argentin Anahi, ouvert depuis 30 ans et aujourd’hui intégré au projet de la Jeune Rue, est ouvert. Au numéro 13, on découvre une devanture en carrelages blancs pimpants, on s’attend alors à entrer dans un spacieux restaurant. Pourtant, passé le pas de la porte, on se rend vite compte qu’Ibaji est en réalité une petite cantine de poche avec une grande table partagée et quelques places sur un comptoir en marbre. Le carrelage blanc immaculé est lui, présent du sol au plafond.

Il est indiqué sur le site que le service est assuré en continu, qu’ à cela ne tienne, nous sommes vendredi, nous entrons à 14h15. Deux places se libèrent, un coup de chance.

Dans nos assiettes ?

Nous prenons deux menus déjeuner. L’un avec un dolsot bibimbap, le second avec des burgers à la sauce coréenne. Le menu inclut une soupe aux algues et moules et le banchan (plats d’accompagnement).

Nous ne prenons pas de dessert mais notre voisine nous a fait goûter les gaufres au sésame noire et noix caramélisées arrosées de miel, excellentes.

ibaji-coreen-la-jeune-rue

ibaji-restaurant-coreen-bibimbap-paris-3
burger-coreen-ibaji

ibaji-coreen

ibaji-resto-coreen-paris3

ibaji-restaurant-coreen-rue-vertbois-burger
restaurant-ibaji-decoration

ibaji-restaurant-coreen-la-jeune-rue-the

C’est combien ?

Plats entre 11 et 14€.

Menu déjeuner à 19€ composé de kimchee et condiments coréens et d’un plat.

ibaji-restaurant

Mon avis ?

Nous étions sur la table à partager, et la table a fait son job car croyez-le ou non, nous avons réellement et naturellement partagé avec nos voisins. Deux japonais à gauche, une franco-coréenne à notre droite. Nous avons échangé, chacun nous a naturellement proposé de tester leur choix dans leur assiette. La soupe est étonnante et détonnante, les saveurs sont fortes en bouche. Le bibimbap choisi par mon acolyte fait très bonne figure face à mes nombreux chouchous du 15ème. Concombres marinés, carottes râpées, champignons, pousses de soja, porc confit. Pas sec pour un sou et goûteux. Pour ma part, j’ai craqué pour le burger au boeuf mariné aux épices, ciboule et feuilles de sésame. Etonnant, mariage heureux d’un très bon bun et de boeuf mariné, et de kimchee. Les produits sont frais et évidemment sélectionnés avec soin, la liste des producteurs est dispo sur le site de la Jeune Rue. Le service est adorable et bienveillant. Comme je le répète souvent, l’appréciation d’un repas au restau dépasse pour moi de loin le contenu de l’assiette. L’ambiance, le décor, le service compte quasi tout autant à passer un bon moment. L’équation est ici réussite, Ibaji nous a offert une parenthèse très agréable. Pour conclure sur la Jeune Rue, beaucoup ont critiqué et critiquent ce projet audacieux, ambitieux, le changement affole et terrifie, la critique démange et défoule, je suis pour ma part curieuse, amusée et enthousiasmée par ce projet fou d’un amoureux de la terre et de la bonne chère.

restaurant-ibaji-paris-3

C’est où ?

restaurant-ibaji

Ibaji

13 rue Vertbois – 75003 Paris – 01 42 71 67 81

Ouvert tous les jours – service continu de 12h à 23h

www.ibaji.fr

Comme toute parisienne qui se respecte, je rêve souvent de quitter Paris. Comme tous les parisiens, je reste et me plains car ça fait du bien et car j'<3 rien je suis parisien. Je reste aussi pour le chant de la baguette, pour ce petit japonais au bout de ma rue, pour ces adresses qui ouvrent chaque jour, pour une tartelette au citron, pour du fromage toujours au lait cru, pour un bibimbap dans le 15ème, un Tigre qui pleure dans le 13ème, pour un bar à vin dans le 2ème, pour cette nouvelle adresse de burger à la sauce chinoise. Pour les ponts, pour les ruelles, pour les épiceries, l'odeur des boulangeries, pour déambuler dans le 7ème observer ceux qui achètent leur PQ à la Grande Ep' et pour voir les boubous défiler à Barbès, pour un butter chicken Passage Brady et un parfait café latte rue de Babylone. Pour m'arrêter devant la Pagode, pour lécher les vitrines, pour se prendre pour une touriste, pour s'étonner à rêver d'y habiter…

Written By
More from Anaïs Lerma

Leoni’s Deli, hot dogs de qualité – Paris 2

FacebookTwitterPinterestAu diable le hot dog des gares parisiennes qui ont l’air de...
Read More

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *