Le Café du Commerce, brasserie rue du Commerce

by

Un bouillon parisien né en 1921 au coeur de la rue du Commerce. Ces « bouillons » parisiens du XIXè siècle servaient des plats bon marché, à prix fixe et à grand débit à l’instar de Chartier.

Il va sans dire que depuis les prix ne sont plus les mêmes mais la formule midi reste très correct.

cafe-du-commerce-rue-du-commerce-restaurant-75015

Dans nos assiettes ?

Un steak tartare et un fish and chips sauce tartare. En dessert, une salade d’agrumes et un cheesecake.

cafe-du-commerce-restaurant-pas-cher-fish-and-chips-paris

cafe-du-commerce-brasserie-steak-tartare

dessert-brasserie-cafe-du-commerce

cheesecake-cafe-du-commerce

C’est combien ?

15,50€ entrée-plat ou plat-dessert

cafe-du-commerce-rue-du-commerce-menu-dejeuner

Mon avis ?

Je connais cet endroit depuis des années. En entrant par la rue du Commerce, on ne s’attend pas à découvrir un si grand espace. Une salle qui rappelle Chartier, une ambiance de brasserie à la parisienne pour ce bouillon toujours indépendant. La formule déjeuner est intéressante, mais on vient surtout au Café du Commerce pour l’atmosphère so parisienne.

lafourchette

cafe-du-commerce-brasserie-15eme-paris

fish-and-chips-paris-cafe-du-commerce

cafe-du-commerce-brasserie-paris-pas-cher

C’est où ?

Café du Commerce

51 rue du Commerce – 75015 PARIS

Ouvert tous les jours de 12h00 à 15h00 et de 19h00 à 00h00

lafourchette
cafe-du-commerce-restaurant cafe-du-commerce-brasserie-paris-restaurant-pas-cher-15eme

Comme toute parisienne qui se respecte, je rêve souvent de quitter Paris. Comme tous les parisiens, je reste et me plains car ça fait du bien et car j'<3 rien je suis parisien. Je reste aussi pour le chant de la baguette, pour ce petit japonais au bout de ma rue, pour ces adresses qui ouvrent chaque jour, pour une tartelette au citron, pour du fromage toujours au lait cru, pour un bibimbap dans le 15ème, un Tigre qui pleure dans le 13ème, pour un bar à vin dans le 2ème, pour cette nouvelle adresse de burger à la sauce chinoise. Pour les ponts, pour les ruelles, pour les épiceries, l'odeur des boulangeries, pour déambuler dans le 7ème observer ceux qui achètent leur PQ à la Grande Ep' et pour voir les boubous défiler à Barbès, pour un butter chicken Passage Brady et un parfait café latte rue de Babylone. Pour m'arrêter devant la Pagode, pour lécher les vitrines, pour se prendre pour une touriste, pour s'étonner à rêver d'y habiter…

1 Response

Un petit mot ?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Inline
Inline