Le Clos Y / Montparnasse

Un restaurant devant lequel vous pourriez passer 30 fois sans qu’il ne vous interpelle, et ce serait bien dommage. Situé dans une rue peu séduisante, Le Clos Y a pourtant tout pour plaire.

Aux manettes de cette pépite, Yoshitaka Ikeda, jeune Chef japonais, passé par les cuisines du Guilo Guilo et du Taillevent. J’y ai déjà déjeuné 2 fois et je ne compte pas m’arrêter là. Ne vous attendez pas à un resto japonais traditionnel, il n’en est rien. Pour autant, l’esthétisme des assiettes ne laisse guère de doute sur l’inspiration.

Dans nos assiettes ?

Bento avec crème glacée au foie-gras, asperge verte aux deux sésames accompagnée d’une huile d’olive solidifiée et en poudre, sushi saumon, crevette marinée dans l’eau de mer et huile d’olive. Crème de betteraves et graines de cumin, poulet frit.

Caille rôti, sauce japonaise

Canard, légumes vapeur et en tempura et champignons

Dessert de mousse et de sorbet, au thé vert, haricot rouge et sésame noir

le-clos-Y-avenue-du-maine-paris-14
le-clos-Y-avenue-du-maine-paris14-montparnasse

restaurant-montparnasse-le-clos-Y-avenue-du-maine

le-clos-Y-avenue-du-maine-paris

le-clos-Y-avenue-du-maine-restaurant

le-clos-Y-avenue-du-maine

restaurant-le-clos-Y-avenue-du-maine

Mon avis ?

De nombreux cols blancs à midi, des habitués, semble-t-il. Difficile de ne pas revenir dans ce resto qui propose au déjeuner une formule bluffante pour des plats savoureux au dressage minutieux et au service aux petits oignons. J’ai vraiment adoré et je ne suis pas la seule. Je vous invite à lire l’article du Gastronome Parisien sur Clos Y.

le-clos-Y-avenue-du-maine-paris14

le-clos-Y-avenue-du-maine-restaurant-montparnasse

C’est combien ?

Au déjeuner : entrée-plat : 23€, plat-dessert : 20€

Le soir : menu découverte 4 plats : 45€

Consultez mon guide du 15ème

C’est où ?

Le Clos Y

27 avenue du Maine – 75015 Paris

Ouvert au déjeuner du mardi au samedi et au dîner du mardi au dimanche
www.leclosy.com/restaurant.html

Comme toute parisienne qui se respecte, je rêve souvent de quitter Paris. Comme tous les parisiens, je reste et me plains car ça fait du bien et car j'<3 rien je suis parisien. Je reste aussi pour le chant de la baguette, pour ce petit japonais au bout de ma rue, pour ces adresses qui ouvrent chaque jour, pour une tartelette au citron, pour du fromage toujours au lait cru, pour un bibimbap dans le 15ème, un Tigre qui pleure dans le 13ème, pour un bar à vin dans le 2ème, pour cette nouvelle adresse de burger à la sauce chinoise. Pour les ponts, pour les ruelles, pour les épiceries, l'odeur des boulangeries, pour déambuler dans le 7ème observer ceux qui achètent leur PQ à la Grande Ep' et pour voir les boubous défiler à Barbès, pour un butter chicken Passage Brady et un parfait café latte rue de Babylone. Pour m'arrêter devant la Pagode, pour lécher les vitrines, pour se prendre pour une touriste, pour s'étonner à rêver d'y habiter…

Written By
More from Anaïs Lerma

Chido, street food mexicaine

FacebookTwitterPinterestDans la famille déj-sur-le-pouce ou plus hype-ment nommée street-food, je demande le...
Read More

1 Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *