Les Dimancheries, l’antidote du dimanche soir…

Rendez-vous pour la révolution du dimanche

Dimanche soir. La loose. Le blues. 17h30, l’heure de rentrer, de penser fin de week-end, lavage de cheveux et pose de vernis, l’heure de penser au réveil du lendemain, déjà nostalgique du week-end mais pensant au prochain. L’heure où la voix d’Harry Roselmack sonne définitivement le glas du week-end. L’heure de se redemander comme chaque dimanche soir « mais comment est-il passé si vite ? ». L’heure de broyer du noir, de rêver à changer de vie. De boulot. De ville. Ou au moins de coupe de cheveux. L’heure de se réconforter à coups de paquets de Granola et de rêveries de vacances sur les comparateurs de vols.

Et puis, voilà, faute de pouvoir révolutionner nos vies, avec Fanny du blog Paris Pêle Mêle, on a décidé de révolutionner nos et vos dimanches :

> NON à la voix d’Harry Roselmack qui sonne le glas du week-end.

> NON aux vieux restes du frigo pour affronter le lundi.

> NON au blues du dimanche soir et son cortège d’idées noires.

Les Dimancheries débarquent pour clôturer le week-end sous les meilleurs auspices : une grosse bouffée d’oxygène pour affronter la semaine, un antidote au blues du dimanche soir et une dose d’inspiration par d’insatiables optimistes.

Mieux que toutes les promesses électorales même si, vous en conviendrez, ce n’est pas difficile.

www.dimancheries.com

Au programme ? Chill & Food

Un antidote au blues du dimanche soir, un atterrissage de week-end en douceur entouré(e) d’optimistes et d’ondes positives : Les Dimancheries. You may say i’m a dreamer but i’m not the only one… Le dimanche 2 Avril de 17h-20h. Le créneau du mal. Celui où tu ne fais normalement rien à part broyer du noir, on te propose de voir la vie en vert… 30 places sont mises en vente au tarif de 20€. Food et atelier inclus 😉 J’espère que vous réserverez le meilleur accueil à ce petit projet ! À dimanche ? 

les-dimancheries-parisianavores

Shoppez ma place

Wynwood

wynwood-dimancherie

www.dimancheries.com

Comme toute parisienne qui se respecte, je rêve souvent de quitter Paris. Comme tous les parisiens, je reste et me plains car ça fait du bien et car j'<3 rien je suis parisien. Je reste aussi pour le chant de la baguette, pour ce petit japonais au bout de ma rue, pour ces adresses qui ouvrent chaque jour, pour une tartelette au citron, pour du fromage toujours au lait cru, pour un bibimbap dans le 15ème, un Tigre qui pleure dans le 13ème, pour un bar à vin dans le 2ème, pour cette nouvelle adresse de burger à la sauce chinoise. Pour les ponts, pour les ruelles, pour les épiceries, l'odeur des boulangeries, pour déambuler dans le 7ème observer ceux qui achètent leur PQ à la Grande Ep' et pour voir les boubous défiler à Barbès, pour un butter chicken Passage Brady et un parfait café latte rue de Babylone. Pour m'arrêter devant la Pagode, pour lécher les vitrines, pour se prendre pour une touriste, pour s'étonner à rêver d'y habiter…

Written By
More from Anaïs Lerma

Musée Bourdelle

FacebookTwitterPinterestJe vous emmène au Musée Bourdelle, à 2 pas de Montparnasse dans...
Read More

1 Comment

  • Rolalalala Anais, comment te dire que tu as refais mon Lundi…
    Que j’aime déambuler sur ton blog, toujours rempli de bonnes adresses, de bons mots et de pep’s! (oui je crois que je n’ai pas entendu cette expression depuis 2001 mais enfin bon, j’aime les expressions ringardes)
    Si jamais l’envie te dit d’aller boire un café/manger des gros muffins/boire une sangria (qui n’aime pas les sangrias?) ce sera avec grand plaisir!
    A très bientôt j’espère 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *