O Coffeeshop, un coffee shop dans le 15ème

o-coffeeshop-paris-15e-lourmel

Un coffee shop dans le 15ème, on a envie de crier enfin… Du café de la Belleville Brûlerie, des gâteaux maison qui embaument le café, un plat fait maison pour le déj et brunch all day le samedi… Puis du bois, un beau carrelage, des tables en marbre, une planche de surf jaune et tout ce qui fait l’apparat d’un coffee shop…

Dans nos assiettes ?

Un poivron farci et emmental grillé
Une part de banana bread.

o-coffeeshop-paris-15-lourmel-plats

o-coffeeshop-paris15e o-coffeeshop-paris-15
o-coffeeshop-paris-15-lourmel-gateaux o-coffeeshop-paris-15e-lourmel

banana-bread-o-coffeeshop-paris-15-lourmel

C’est combien ?

Assiette 12€
Part de banana bread : 4€

Mon avis ?

Il y a de la buée sur la baie vitrée de ce coffee shop tranquillement installé rue de Lourmel à proximité du métro Dupleix. Dès l’entrée, on aperçoit tous les codes du coffee shop : une grosse et rutilante Marzocco, l’odeur du café moulu, une déco brute, et des barbus (les autres) derrière le comptoir. Il faudrait être fou ou résolument le plus sage des Hommes pour ne pas succomber à l’odeur du banana bread sortant du four. Place d’abord au plat du jour : un poivron farci et grillé à l’emmental, servi avec des carottes. « Une recette de la grand-mère », nous lance le serveur. Bonne recette, simple et faite-maison, servie avec deux généreuses tranches de pain grillé provenant de la belle boulangerie voisine Maison Meignan. Et puis, le banana bread. Une tranche épaisse, tiède, moelleuse voire fondante et grillée sur le dessus, servie avec une noix de beurre à faire fondre dessus. Parait que le bonheur est fait de petites choses… Le service est agréable, on reviendra pour goûter aux oeufs bénédicte et avocado toast du samedi…

o-coffeeshop-paris-15-lourmel

o-coffeeshop-paris-15eme-lourmel o-coffeeshop-paris-15eme

o-coffeeshop-paris15eme

O Coffeeshop

23 rue Lourmel

Facebook O Coffeeshop

Ouvert tous les jours sauf dimanche et lundi de 7h30 à 18h


Consultez mon guide du 15ème

Comme toute parisienne qui se respecte, je rêve souvent de quitter Paris. Comme tous les parisiens, je reste et me plains car ça fait du bien et car j'<3 rien je suis parisien. Je reste aussi pour le chant de la baguette, pour ce petit japonais au bout de ma rue, pour ces adresses qui ouvrent chaque jour, pour une tartelette au citron, pour du fromage toujours au lait cru, pour un bibimbap dans le 15ème, un Tigre qui pleure dans le 13ème, pour un bar à vin dans le 2ème, pour cette nouvelle adresse de burger à la sauce chinoise. Pour les ponts, pour les ruelles, pour les épiceries, l'odeur des boulangeries, pour déambuler dans le 7ème observer ceux qui achètent leur PQ à la Grande Ep' et pour voir les boubous défiler à Barbès, pour un butter chicken Passage Brady et un parfait café latte rue de Babylone. Pour m'arrêter devant la Pagode, pour lécher les vitrines, pour se prendre pour une touriste, pour s'étonner à rêver d'y habiter…

Written By
More from Anaïs Lerma

Comptoir Urbain, sandwichs gourmets

FacebookTwitterPinterestAvec plus d’1,5 million de sandwichs vendus par jour, le poulet crudités...
Read More

1 Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *