Paris New York : burgers bilingues de haut niveau

by

Encore une adresse de burgers !? Oui, encore une, mais laquelle !!

Située rue du faubourg saint Denis, Paris New York est un resto ouvert récemment qui regorge de bonnes idées, de bon goût et de bonne musique – et ça, ça compte.

paris-new-york-burger

Quatre inconditionnels du burger dans un spot qui promet un « burger de qualité » qu’est-ce que ça donne ?

L’atmosphère, d’abord : de grandes baies vitrées pour profiter de la nocturnité – ne cherchez pas dans le Robert, c’est un terme réservé aux futurs académiciens et aux élus – de janvier, le restaurant est sur deux étages, pour ceux qui voudraient du confidentiel. Il y a des miroirs partout, des petits néons incrustés partout au plafond, pour un rendu tamisé assez classe. Je vous suggère de vous rendre aux toilettes, lieu mystérieux et propice au débat. Si j’y ai vu une exposition d’art contemporain, un happening réflexif et provocateur, mes camarades y ont perçu plus simplement « de la radio » – excusez les pour la trivialité de leur réflexion, ils sont moins imaginatifs, niark niark niark : bref, je vous laisse découvrir l’endroit pour me donner votre avis…

Parmi la clientèle, évidemment dixièmiste – jeunes DJ connus dans le futur, jeunes filles dans le vent qui claquent la bise au serveur – on flaire déjà les habitués. Les serveurs, au passage, sont agréables, rapides et efficaces.

Dans mon assiette

A la bouffe !

La carte est courte, franche, simple, garantie de qualité, ndlr. Trois burgers au choix, et tous font drôlement envie. On aurait pu être originaux mais nos tripes ont eu raison de l’exigence d’investigation qui eût impliqué que nous prenions chacun un burger différent. Non, on prend trois Morning, et un Smoky Blue, avec l’option « double » – c’est-à-dire avec du fromage en plus, pour les vrais gourmands qui ont besoin d’énergie pour la suite de la soirée…

Et des frites, servies avec mayo et ketchup.

Dans l’assiette : du pain sans sésame, des produits frais, des ingrédients en quantité, et une viande à tomber par terre. J’apprends qu’elle est élaborée avec le Ponclet, une maison qui promeut le savoir- faire artisanal – nous non plus on ne savait pas, pas d’inquiétude sur votre culture générale – et ça se sent !! C’est excellent, le mariage viande-avocat est équilibré, la taille du burger parfaite en bouche, même si j’admets, à ma grande honte, une tentative désastreuse de manger ça comme un burger Mac Do – les mauvaises habitudes qui reviennent – à la main, tout s’effondre minablement, mais je n’écoute que ma dignité et reconstitue le tout sous les yeux de mes camarades admiratifs.

Moment de silence. Dégustation, profitage, savouration, joie sur les papilles.

Niveau boisson, c’est un peu la fête aussi : vins pas dégueus du terroir et bière de qualité.

C’est combien ?

Ici c’est tranquille, accueillant, et bonne nouvelle, à 11,40€ le burger et environ 3€ les frites, on tient notre budget !!
Et à midi, c’est 15 euros tout pile la formule burger/frites/boisson…
…A condition de ne pas se laisser tenter par un dessert maison, cheesecake sublimissime ou brownie tout chaud sorti du four, pour les incorrigibles gourmands, mais ça c’est une autre histoire…

Mon avis

L’endroit est douillet, les cuissons sont délicates, les convives enthousiastes, c’est du bonheur, franchement ! Et c’est nettement moins blindé que Blend – tentative de jeu de mots – où le temps d’attente est immanquablement d’une heure environ et où on doit manger avec un lance pierre pour laisser la place aux autres affamés.

C’est où ?

50 rue du Faubourg Saint-Denis, Paris 10e
Métro Strasbourg saint Denis


Afficher Parisianavores sur une carte plus grande

Lun-Sam : 12:30 – 15:00 / 19:30 – 23:30
tel : 06 72 56 75 08

Et ils ont un site très bien fait : http://pny-hamburgers.fr/

Mes goûts culinaires ? Une prédisposition particulière pour les plats ensoleillés, la ratatouille, les poissons grillés, les sorbets qui sentent le fruit, les mangues fraîches… J’aime bien quand c’est les vacances dans mon assiette. Mais je m’adapte hein, s’il fait froid, je n’ai rien contre un pot au feu ou un gratin de potiron. Assez végétarienne dans l’ensemble, par goût – pas par conviction (pas de politique à table). Je développe une lubie autour de la salade César – c’en est presque une religion.

1 Response

Un petit mot ?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Inline
Inline