Pho Tai, bo buns de compétition – Paris 13

Me voici aujourd’hui dans cette petite rue du quartier chinois, perpendiculaire à l’avenue de Choisy, la rue Philibert Lucot. Je ne l’aurais certainement jamais emprunté si ce n’était pour tester cette adresse, Pho Taï, encensé par le Figaroscope qui lui confère tout simplement le titre de meilleure adresse de bo bun de la capitale.

Dimanche, 14h, nous tentons de nous insérer dans la gargotte pleine à craquer, bien décidés à croquer dans ses nems frais. Plus de places mais Pho Taï a ouvert une annexe juste en face, et on nous le garantit, c’est la même cuisine. Qu’à cela ne tienne, qu’importe le flacon…

Dans nos assiettes ?

Dans un décor kitschment bon, nous commandons des nems poulet et deux bo bun escortés d’un jus de mangue.

bobun-paris-pho-tai

pho-tai-bobun-paris-13

pho-tai-paris-13

C’est combien ?

Bo bun autour de 8,80€.

Mon avis ?

Nems croustillants pas trop gras et chair fondante, bœuf à la citronnelle, petits oignons, herbes fraiches, ciboule, cacahuète, la magie opère, fraicheur, légèreté et abondance, tout y est !

A en croire mes voisins de tablée, d’origine vietnamienne, les Pho sont délicieuses. Une petite adresse cachée, quasi confidentielle malgré la reconnaissance des plus grands dont Ducasse (cité dans les meilleures adresses d’Alain Ducasse).

 

pho-tai

C’est où ?

Pho Taï

13 Rue Philibert Lucot, 75013 Paris
Ouvert tous les jours sauf le mercredi de 12h à 14h30 et de 19h à 22h30.

Comme toute parisienne qui se respecte, je rêve souvent de quitter Paris. Comme tous les parisiens, je reste et me plains car ça fait du bien et car j'<3 rien je suis parisien. Je reste aussi pour le chant de la baguette, pour ce petit japonais au bout de ma rue, pour ces adresses qui ouvrent chaque jour, pour une tartelette au citron, pour du fromage toujours au lait cru, pour un bibimbap dans le 15ème, un Tigre qui pleure dans le 13ème, pour un bar à vin dans le 2ème, pour cette nouvelle adresse de burger à la sauce chinoise. Pour les ponts, pour les ruelles, pour les épiceries, l'odeur des boulangeries, pour déambuler dans le 7ème observer ceux qui achètent leur PQ à la Grande Ep' et pour voir les boubous défiler à Barbès, pour un butter chicken Passage Brady et un parfait café latte rue de Babylone. Pour m'arrêter devant la Pagode, pour lécher les vitrines, pour se prendre pour une touriste, pour s'étonner à rêver d'y habiter…

Written By
More from Anaïs Lerma

Les choux envahissent Paris, Odette vs La Maison du Chou

FacebookTwitterPinterestIl y a quelques mois, la pâte à chou se payait un...
Read More

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *