Saam, quand le bao se fait bun au bord du Canal Saint-Martin

by

A deux pas du Canal Saint Martin, je vous emmène aujourd’hui chez Saam. Un restaurant coréen où un bon bulgogi se mange en sandwich dans un bao converti en bun.

Dans nos assiettes ?

Bun Bulgogi (Boeuf marinade, soja parfumé, salsa verte saam, kimshi slaw)

Bun Fish (Poisson frit, pickles, marinades citronnelles, tamarin bio au sucre glace)

Bun Dack (Poulet frit, panure gingembre, kochujang, sésame sauvage, pomme slaw, pickles, radis blancs)

Du poulet frit

Cheesecake Yuzu

Saam Paris 10

Saam Paris 10

Saam Paris 10

C’est combien ?

Formule déjeuner entre 12 et 14€.

Formule dîner et wek-end autour de 15€

Saam Paris 10

Mon avis ?

Une déco soignée, très 10ème, et à la lumière du jour un peu absente dans cette petite cantine qui offre peu de places pour les nombreux curieux et habitués.

Les buns sont préparés minute. Chaque bun est divin, bien assaisonné, le poulet et le poisson sont croustillants, la panure est fine est bien digeste. Le bao est fondant, le boeuf bulgogi bien relevé par le kimchi. Le Fish est tout de même mon préféré avec sa sauce tamarin à tomber. Saam, c’est de la street food comme je l’aime : maligne, simple mais travaillée, efficace et accessible.

 


 

 

Saam

59B Rue de Lancry – 75010

Ouvert tous les jours sauf dimanche et lundi de 12h à 15h et de 18h à 23h

Comme toute parisienne qui se respecte, je rêve souvent de quitter Paris. Comme tous les parisiens, je reste et me plains car ça fait du bien et car j'<3 rien je suis parisien. Je reste aussi pour le chant de la baguette, pour ce petit japonais au bout de ma rue, pour ces adresses qui ouvrent chaque jour, pour une tartelette au citron, pour du fromage toujours au lait cru, pour un bibimbap dans le 15ème, un Tigre qui pleure dans le 13ème, pour un bar à vin dans le 2ème, pour cette nouvelle adresse de burger à la sauce chinoise. Pour les ponts, pour les ruelles, pour les épiceries, l'odeur des boulangeries, pour déambuler dans le 7ème observer ceux qui achètent leur PQ à la Grande Ep' et pour voir les boubous défiler à Barbès, pour un butter chicken Passage Brady et un parfait café latte rue de Babylone. Pour m'arrêter devant la Pagode, pour lécher les vitrines, pour se prendre pour une touriste, pour s'étonner à rêver d'y habiter…

4 Responses
  • Cécile Schmidt
    février 17, 2016

    Bonjour Anaïs,
    Votre blog est très sympa, merci pour toutes ces bonnes adresses.
    Mais pourquoi vous qualifiez-vous de « connasse » ? je ne comprend pas qu’une jeune femme puisse utiliser ce terme si injurieux et dégradant pour se qualifier elle-même….
    Désolée, mais mon féminisme rampant n’a pas pu résister à vous poser la question. Car j’en demeure totalement ébahie…
    Meilleures salutations de Lausanne, Cécile.

    • Anaïs Lerma
      février 17, 2016

      Bonsoir Cécile,

      Vous savez quoi ? Vous avez totalement raison, j’ai retiré cette auto-insulte. Je faisais référence au rôle de Camille Cottin « La connasse ». Mais c’est retiré 😉 Merci pour vos compliments ! Anaïs

  • Lovely_Rita
    février 17, 2016

    Testé et approuvé de mon côté aussi !

  • Aurore
    février 18, 2016

    Depuis le temps que je passe devant en allant au comptoir général, il serait temps que je m’arrête gouter le Fish !

Un petit mot ?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Inline
Inline