Avesta – la cantine kurde rue d’Enghien

http://parisianavores.paris/wp-content/uploads/2016/01/restaurant-kurde-avesta-paris10.jpg

J’aime les petits bouibouis. Ok, j’adore la bistronomie, les assiettes chiadées ou minimalistes mais ce que je préfère par dessus tout, c’est découvrir une petite adresse qui offre un voyage dès le pas de la porte. Avesta n’est pas un petit bouiboui. Ce n’est pas petit. Deux grandes salles. Nous choisissons de nous installer dans la salle pleine de canapés et de tapisseries d’Iran. Ici, on adore les tapis, même les canapés sont tapissés. A la carte… ah non, il n’y a pas de carte. On commande au comptoir en choisissant dans la vitrine : Kefta, poulet, blé, riz, aubergines farcies…

A côté du comptoir, une dame forme des boules de pâte et fait cuire des Gözleme, galettes fourrées d’épinards, de pommes de terre ou de persil.

Dans nos assiettes ?

Assiette kefta, blé, riz

Assiette poulet – pommes de terre

Gözleme épinard-fromage, gözleme persil, gözleme pommes de terre (ne me jugez pas).


restaurant-kurde-avesta-paris-10

avesta-paris10

avesta-paris10-kurde

C’est combien ?

Assiette entre 8 et 9 € selon le choix (viande et garniture).

avesta-restaurant-kurde

Mon avis

Une cantine à l’accueil chaleureux et au service vraiment aux petits oignons. Très bonne cuisine familiale et généreuse. J’ai vraiment apprécié l’heure passée dans ce lieu, un peu ailleurs, et finalement comme à la maison.

Avesta

15 Rue d’Enghien, 75010 Paris

Ouvert tous les jours midi et soir sauf le dimanche

Comme toute parisienne qui se respecte, je rêve souvent de quitter Paris. Comme tous les parisiens, je reste et me plains car ça fait du bien et car j'<3 rien je suis parisien. Je reste aussi pour le chant de la baguette, pour ce petit japonais au bout de ma rue, pour ces adresses qui ouvrent chaque jour, pour une tartelette au citron, pour du fromage toujours au lait cru, pour un bibimbap dans le 15ème, un Tigre qui pleure dans le 13ème, pour un bar à vin dans le 2ème, pour cette nouvelle adresse de burger à la sauce chinoise. Pour les ponts, pour les ruelles, pour les épiceries, l'odeur des boulangeries, pour déambuler dans le 7ème observer ceux qui achètent leur PQ à la Grande Ep' et pour voir les boubous défiler à Barbès, pour un butter chicken Passage Brady et un parfait café latte rue de Babylone. Pour m'arrêter devant la Pagode, pour lécher les vitrines, pour se prendre pour une touriste, pour s'étonner à rêver d'y habiter…

Written By
More from Anaïs Lerma

Rose Bakery Tea Room, pause thé chic au Bon Marché

FacebookTwitterPinterestRose Bakery, le temple de l’organic food de la rue des Martyrs s’est...
Read More

1 Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *