DOSANKO LARMEN, rue Sainte-Anne

dosanko-paris

Chez Dosanko, on ne badine pas avec le ramen. Cette spécialité japonaise prend la forme d’une soupe à base d’un bouillon, de nouilles de blé, de porc rôti et de légumes (pousses de soja, bambou, ciboulette, maïs). L’énorme bouillon est visible dès l’entrée. Ca s’active dans la cuisine ouverte et les clients au comptoir se félicitent du spectacle. A midi, ça se bouscule au portillon pour avoir une place assise…

Dans nos assiettes ?

Des gyozas
Un ramen
Un donburi au boeuf

C’est combien ?

12 à 14€ pour un ramen

Entre 10 et 12€ pour un donburi

Menu gyozas et ramen : 15€

Mon avis ?

Le bouillon sent bon dès l’entrée, c’est peut-être ce qui appâte aussi bien les passants… La cuisine est fraîche, le service pas hyper aidant, les places peu nombreuses mais ce petit resto vaut assurément le détour si vous cherchez un resto dans le quartier Sainte-Anne.

DOSANKO LARMEN

40 rue Sainte-Anne, 75002 Paris
Du Lundi au Vendredi de 11h30 à 14h30 et de 18h30 à 22h30. Samedi et Dimanche de 12h à 15h et de 18h30 à 22h30.

dosanko-paris-restaurant-japonais-avis

dosanko-paris-restaurant-japonais-photo

dosanko-paris-restaurant-japonais-paris2

dosanko-paris-restaurant-japonais-photos

dosanko-paris-restaurant-japonais-saint-anne

dosanko-paris-restaurant-japonais

dosanko-paris-restaurant

dosanko

Comme toute parisienne qui se respecte, je rêve souvent de quitter Paris. Comme tous les parisiens, je reste et me plains car ça fait du bien et car j'<3 rien je suis parisien. Je reste aussi pour le chant de la baguette, pour ce petit japonais au bout de ma rue, pour ces adresses qui ouvrent chaque jour, pour une tartelette au citron, pour du fromage toujours au lait cru, pour un bibimbap dans le 15ème, un Tigre qui pleure dans le 13ème, pour un bar à vin dans le 2ème, pour cette nouvelle adresse de burger à la sauce chinoise. Pour les ponts, pour les ruelles, pour les épiceries, l'odeur des boulangeries, pour déambuler dans le 7ème observer ceux qui achètent leur PQ à la Grande Ep' et pour voir les boubous défiler à Barbès, pour un butter chicken Passage Brady et un parfait café latte rue de Babylone. Pour m'arrêter devant la Pagode, pour lécher les vitrines, pour se prendre pour une touriste, pour s'étonner à rêver d'y habiter…

Written By
More from Anaïs Lerma

Le Paris de Mariam de Geek & Food

FacebookTwitterPinterestLe compte Instagram de Mariam ne laisse guère de doute sur sa...
Read More

1 Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *