Les Grands Voisins 2017 et Le Camping des Grands Voisins 💚

by

« Ceux qui pensent que c’est impossible sont priés de ne pas déranger ceux qui essaient ».

Si vous suivez mon blog, vous connaissez déjà Les Grands Voisins. Pour les autres, courte séance de rattrapage. En guise de mise en bouche, je vous dirais que l’on ne sort pas des Grands Voisins sans se poser quelques questions. Le genre de questions qui te fait tout remettre en question. (Ndlr : Enfin, excluons les cons, qui eux, comme chacun sait, sautent leur tour quand il s’agit de remise en question). Et si le fonctionnement de notre société n’était pas ancré dans le marbre ? Et si la mixité sociale, le melting pot, le vrai était vertueux ? Et si on se trompait ?

En 2012, alors que l’Hôpital Saint-Vincent de Paul n’était déjà plus en activité, l’Assistance Publique-Hôpitaux de Paris confie l’espace à l’association Aurore, spécialisée dans l’hébergement d’urgence et l’accueil de personnes vulnérables en attendant la création de 600 logements dont les travaux débuteront début 2018.
Depuis 2015, l’association Plateau urbain (qui a pour but d’utiliser temporairement la partie vacante et obsolète du parc immobilier) aide Aurore sur la coordination de l’occupation des lieux. L’équipe de l’assoc Yes We Camp (qui a pour but de construire, habiter et utiliser les espaces partagés en proposant des équipements temporaires innovants) est sur place avec la volonté de favoriser les rencontres entre tous les résidents du site.
Aujourd’hui, près de 2000 personnes habitent et travaillent dans cet hôpital désaffecté. Anciens SDF, travailleurs immigrés, artisans et artistes, mineurs isolés, associations et petites entreprises et visiteurs d’un jour sont rassemblés au sein du plus gros projet d’occupation temporaire d’Europe. Les Grands Voisins, c’est aussi un laboratoire de tests de nouveaux dispositifs sociaux, environnementaux, professionnels et ludiques. Fin 2017, l’occupation temporaire prendra fin. De ce projet, j’en suis certaine, naitront des dizaines d’initiatives de la sorte. Et il restera peut-être un film pour immortaliser ce petit village dans la ville, ouvert sur le monde. Bastien Simon, jeune réalisateur installé aux Grands Voisins, a lancé une campagne de crowdfunding pour financer le montage de ses dizaines heures de rushes. Participer au film sur Les Grands Voisins

Les Grands Voisins, c’est de l’audace, de l’utopie, de l’ouverture, de la bienveillance, de l’innovation, de la débrouille et beaucoup d’ingéniosité. De bric et de broc, l’association Yes We Camp a fait de cet hôpital un lieu follement désirable aux beaux jours. Le spot de l’été. Des terrasses à tire-larigot, des tables en palettes, des transats avec les anciens lits de l’hôpital, des balançoires en cordes usées, une serre en aquaponie, un poulailler, des jeux pour les (grands) enfants, un terrain de pétanque. Un agenda chargé et toujours bien pensé : massages shiatsu, yoga, séance de bain de vapeur russe. Deux grands café-restaurant, des ateliers participatifs, des concerts, des spectacles, des week-ends à la découverte d’une région du monde…

Les Grands Voisins c’est un village en mouvement hors du temps mais bien dans son temps, un village qui essaie et qui ne se laisse pas déranger par ceux qui pensent que c’est impossible.

Les-grands-voisins-paris-14-hopital-st-vincent-de-paul-2

Le seul camping de Paris intra-muros

Le 2 juin a ouvert au coeur des Grands Voisins le seul camping de Paris. Plus de 100 places d’hébergement en tente, en dortoir, dans une cabane ou un hamac. Des alvéoles hexagonales, pour deux personnes, une maison miniature, une cabane en bois (ma chouchoute), une cabane tiki (mon autre chouchoute), une cabane de pêcheur, un petit cocon avec vue sur le ciel de Paris grâce à sa petite cheminée, des tentes (22€ pour 2) et des hamacs. Des hébergements à réserver sur Airbnb ou sur le site des Grands Voisins.

 

Les Grands Voisins

Ancien hôpital Saint-Vincent-de-Paul
82, Avenue Denfert-Rochereau
75 014 Paris

 

Comme toute parisienne qui se respecte, je rêve souvent de quitter Paris. Comme tous les parisiens, je reste et me plains car ça fait du bien et car j'<3 rien je suis parisien. Je reste aussi pour le chant de la baguette, pour ce petit japonais au bout de ma rue, pour ces adresses qui ouvrent chaque jour, pour une tartelette au citron, pour du fromage toujours au lait cru, pour un bibimbap dans le 15ème, un Tigre qui pleure dans le 13ème, pour un bar à vin dans le 2ème, pour cette nouvelle adresse de burger à la sauce chinoise. Pour les ponts, pour les ruelles, pour les épiceries, l'odeur des boulangeries, pour déambuler dans le 7ème observer ceux qui achètent leur PQ à la Grande Ep' et pour voir les boubous défiler à Barbès, pour un butter chicken Passage Brady et un parfait café latte rue de Babylone. Pour m'arrêter devant la Pagode, pour lécher les vitrines, pour se prendre pour une touriste, pour s'étonner à rêver d'y habiter…

No tags 1

Inaugurez les commentaires !

Un petit mot ?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Inline
Inline