Panda Panda, spécialités hongkongaises et taïwanaises – Paris 10

Direction Panda Panda, métro Colonel Fabien, pour un déjeuner dans un nouveau temple des spécialités hongkongaises et taïwanaises. Au programme des hostilités, entre autres, gua bao, xia long bao, aubergines Hong Shao.

Dans nos assiettes ?

Xiao Long Bao (raviolis à la farine bio, porc fermier, ciboule, gingembre, chou chinois, hot bouillon)
Gua Bao Veggie (bao vapeur, champignons shiitakés marinés, mayonnaise à l’huile de truffe, pickles)
Aubergines fondantes et haricots verts façon Hong Shao (aubergines chinoises et haricots verts croquants sautés à la sauce soja-vinaigre noir)
Popcorn fried chicken (poulet frit ultra tendre mariné aux 5 épices, chapelure à la patate douce, comme à Taiwan)
Liu Sha Bao, le classique de HK (bao vapeur, cœur coulant crème aux œufs, HK style)
Bao choco-noisette (bao vapeur, chocolat praliné gianduia)

C’est combien ?
Formule déj – 1 bao + 1 plat + 1 riz blanc : 15€
À la carte : plats à partager de 7 à 12€. Gua Bao 7€. Comptez 20€.
Mon avis ?
Le gua bao veggie est excellent, généreux, bien garni et assaisonné. Les xiao long bao, raviolis farcis de farce et de bouillon sont plus petits que ceux d’autres adresses parisiennes, ils renferment donc peu de bouillon mais ils sont délicieux. Les aubergines façon Hong Shao sont fondantes à souhait, c’est un exemple du genre, je vous les conseille vraiment. Audacieux et efficace, le pop corn fried chicken est bien assaisonné et croustillant à souhait avec sa chapelure à la patate douce. Ne partez pas sans avoir goûté les baos sucrés, petite folie douce. Le Liu Sha Bao, cœur coulant crème aux œufs, est très étonnant mais j’ai préféré et adoré celui garni de chocolat praliné gianduia, garanti 100% food porn. Formule déj à 15€ avec un bao, un plat et du riz ou une boisson, un excellent rapport qualité-prix ! Cadre, ambiance et service très sympas !

Panda Panda

21 Rue Juliette Dodu, 75010 Paris

Du mardi au samedi, midi et soir

www.pandapandaparis.com

Écrivez le premier commentaire

Cet article attend votre commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *