10 podcasts pour réfléchir à consommer autrement

J’écoute beaucoup de podcasts depuis maintenant plus de deux ans. J’apprends beaucoup sur un grand nombre de sujets grâce aux podcasts. Le plus dur étant de trouver les bons podcasts et les bons épisodes… Ainsi, j’avais déjà partagé 13 épisodes de podcasts que j’avais adorés.

Je vais vous proposer une séries d’articles présentant plusieurs épisodes à écouter sur une thématique plus ou moins précise. En plein confinement suite au Covid-19, je trouvais pertinent de commencer par une thématique large à laquelle nous sommes amenés à réfléchir en ce moment : consommer et penser autrement. Voici donc 10 épisodes de podcasts pour réfléchir à sa consommation, ses aspirations, à notre économie et à l’écologie.

Bonne écoute !


Profiter de cette crise pour repenser l’économie de demain

L’épidémie de COVID-19 continue d’asphyxier l’économie mondiale. Le Ministre de économie et des finances Bruno Le Maire expliquait récemment que la France va vraisemblablement connaître la pire récession de sa croissance depuis 1945. Outre-Atlantique, les Etats-Unis enregistrent une hausse record du taux de chômage grimpant au mois de mars à 4,4 %, sa plus forte hausse sur un mois depuis janvier 1975. Les chefs d’États sont montés au créneau ces dernières semaines pour annoncer des plans de relance qui ne masquent pas l’inquiétude d’une crise économique brutale. La croissance doit-elle passer obligatoirement par des indicateurs économiques ? Sommes-nous d’ores et déjà en train de reproduire les erreurs des crises précédentes ? L’économiste à l’OFCE et auteur du livre « Sortir de la croissance : mode d’emploi » répond à ces interrogations.

Écouter


Nathan Stern, le regard sur notre monde d’un sociologue, entrepreneur et ingénieur social – dans le podcast REELLES

“Ça parle d’empathie, des couples en difficulté, des enjeux du commerce actuellement, d’écologie et des effets pervers de l’éco anxiété, du low cost, de l’importance de sortir de la quête du méchant, de la vindicte populaire et de la moraline, du temps passé sur Netflix ou sa console de jeux.⁣ Mais aussi de l’importance de cultiver la sensibilité, de l’isolement, de la solitude, de la transformation des consciences, de notre cher pays, la France et des travers de la bonne conscience.⁣”

ÉCOUTER


Redéfinir le bonheur à travers une nouvelle spiritualité de société dans VLAN! avec Mo Gawdat

Le monde a besoin d’une nouvelle spiritualité, pas forcément basée sur la religion mais la manière dont on envisage la vie, la réussite, le succès… en Occident. La spiritualité sert à apaiser ses propres souffrances et les souffrances des autres : traverser cette vie de la meilleure manière et apprendre la compassion. “les enfants sont sages. À ce moment là, on leur demande de stopper ça et d’être sérieux, à 6 ans. D’arrêter de faire ce que tu fais et ce que tu sais de manière instinctive. On les pourrit avec des idées pré-concues sur le monde moderne et de cette manière, on leur enlève la capacité à développer leur propre talent, à façonner leur propre monde et peut-être même leur propre spiritualité.”

Écouter


Cyril Dion – S’engager pour la planète par Wake Up

Cyril Dion a réalisé le film documentaire Demain, co-fondé le mouvement Colibris avec Pierre Rabhi, participé à l’action L’Affaire du siècle et a récemment été nommé garant de la convention citoyenne sur le climat.

  •  Qu’est ce que cet effondrement dont les scientifiques et collapsologues parlent tous ?
  • Quel sens donnons-nous à notre présence sur Terre ?
  • Que pouvons-nous faire à notre échelle, quant les petits pas ne suffisent plus ?

Il parle dans cet épisode d’effondrement, du rôle des nouvelles histoires, de la difficultés à préserver son énergie quand on est engagé et également de l’importance des questions existentielles.

Écouter


Changer la norme S1E9 : Grégoire Bleu, co-fondateur de UpCycle

“Et si on arrêtait de comparer l’ESS au monde des bisounours ? Si on considérait que l’économie sociale et solidaire, c’est celle de demain. Et que l’engagement, c’est la vie. Pardon, la norme.
Imiter la nature qui ne connait pas la notion de déchets. Je n’y avais jamais vraiment pensé et pourtant c’est la baseline la plus juste que j’ai lue depuis longtemps. Grégoire Bleu est l’un des trois associés de UpCycle, qui transforme le marc de café collecté par les entreprises en substrat pour cultiver des pleurotes cuisinées par les grands chefs étoilés de Paris.
Vous connaissez peut-être la boîte à champignons, cette boite à installer dans votre cuisine pour cultiver vos propres pleurotes. Grégoire Bleu a déjà derrière lui une carrière conséquente dans le bio, l’équitable et l’écologie lorsqu’il monte cette entreprise, qui a aussi au coeur de son écosystème l’insertion et l’emploi des personnes handicapés. Et de pourquoi parfois il est plus simple d’être client qu’employeur. Entrepreneur social naturellement, convaincu intrinsèquement, Grégoire a parlé sincèrement de sa démarche. Nous avons ensemble parlé de recyclage, de réemploi et du potentiel des déchets. Vaste et passionnant sujet !”

Écouter


Doit-on choisir entre la fin du mois et la fin du monde? avec Santiago Lefebvre dans VLAN!

“Santagio Lefebvre est le co cofondateur de Change Now une conférence qui regroupe les acteurs du changement sociétal. La conférence réunit de très nombreuses personnalités qui mettent en place des actions concrètes pour des problématiques qui semblent nous dépasser.
On a tou.te.s plus ou moins envie de participer par l’activité qui nous prends le plus de temps, c’est à dire notre travail.
Néanmoins, la réalité économique nous fait rapidement baisser les bras d’ou cette phrase devenue désormais célèbre: “vous nous parlez de la fin du monde, je vous parle de la fin du mois”.
Très naturellement, je me suis demandé si nous devions encore choisir ou si l’écosystème des entreprises à impacts positifs était désormais suffisamment solide pour avoir un salaire en cohérence avec notre société malgré tout.”

Écouter


Marie Dubois & Herveline Giraudeau : Se libérer de la surconsommation ! dans Métamorphose

Deux auteures militantes et décomplexées parlent de la méthode BISOU (Besoin/ Immédiateté/Semblable/ Origine/Utile), la méthode super facile pour consommer durable et minimaliste au quotidien. Comment nos besoins sont-ils exploités par le marketing ? Quelques exemples qui jouent sur nos peurs ? Quel rapport avons-nous avec le temps et l’immédiateté ? Comment lutter contre l’éco-anxiété aujourd’hui et être ni dans le déni ni dans la psychose, pas facile ! Sans plomber l’ambiance, nos actes finalement ont-ils un impact réel au quotidien. Que faire de vraiment utile ? Comment allier consommation, plaisir, bien-être, organisation et fluidité ? 😉 Comment se débarrasser et/ou éviter le superflu ? Minimalisme, zéro déchet, Fly Lady ou méthode Mari Kondo ? Étendre ce superflu à nos relations et à la vie affective ?

Écouter


Déconsommation : mode ou nécessité ?

L’ère est à la déconsommation. Consommer moins, mieux et autrement. Depuis quelques années, cette tendance se confirme. Nous achetons moins de viande, de produits d’hygiène, de vêtements. Chaque déconsommateur a ses raisons, économiques, environnementales ou simplement pour se sentir mieux.
Nous achetons moins de viande, moins de plats préparés, moins de vêtements. La déconsommation n’est pas une vue de l’esprit, mais une tendance qui infuse doucement dans la société.

Écouter


L’écologie numérique avec Éric Vidalenc

En quelques années, le numérique est devenu incontournable dans notre quotidien et il devient de plus en plus difficile de s’en passer. Dans le même temps, la question environnementale s’impose et nous incite à adopter un mode de consommation plus sobre. Si le numérique peut se mettre au service de la transition énergétique, Éric Vidalenc, économiste, pense aussi qu’il présente de nombreux défauts : pollution cachée, surconsommation, gaspillage énergétique…

Écouter


Présages #17 – Vincent Mignerot – Environnement, transition, nouveaux récits : faire tomber les mythes

Vincent Mignerot développe une “théorie écologique de l’esprit”, qui cherche à expliquer la singularité environnementale de l’humain. Il explique également pourquoi la transition énergétique, bien plus qu’un échec, serait une fable destructrice, tout comme l’ensemble des récits reposant sur le postulat qu’il est possible de “protéger l’environnement”.
Parce qu’elles souhaitent se confronter au réel, dépasser la pensée magique, les mythes et les histoires que l’humanité se raconte, ses théories sont souvent troublantes et déstabilisantes.
On y parle d’effondrement, de la théorie écologique de l’esprit, des mythes qui structurent nos sociétés, des injonctions paradoxales, et d’émotions. “L’espèce porte depuis toujours en elle le gène de sa propre destruction”.

Écouter

1 Response
  • Marie Lou
    avril 20, 2020

    GÉ NI A LEUH ! Et merci

Cet article attend votre commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *