Don’s, donburis et bentos dans le Marais

Dans la rue des Ecouffes, en plein Marais, ce petit spot qui affiche sur sa devanture ses tarifs minis sur des tableaux noirs fait mouche. Très peu de places à l’intérieur, nous prendrons à emporter.

Dans nos assiettes ?

Deux menu bentos. Ils sont composés d’un plat principal (poulet gingembre, boeuf, sukiyaki, poulet teriyaki, saumon vapeur ou poulet croustillant), de deux gyozas et de salade et de deux accompagnements au choix. Je prends la salade de quinoa et le taboulé japonais pour accompagner mon poulet teriyaki.

don-s

 

C’est combien ?

9€ le bento costaud, 7,50€ le donburi.

dons-bento-japonais

dons-rue-des-ecouffes
Mon avis ?

Un vrai coup de coeur pour cette adresse sans prétention. Pour les saveurs, pour le choix, pour cet esprit nippon à la sauce street food et pour l’excellent rapport qualité-prix. On termine ce bento repues mais avec la sensation d’avoir mangé sain et ça fait du bien. Le service est agréable et la petite cantine à tomber. Don’s serait assurément ma cantine si je travaillais dans les environs.

bento-restaurant-don-s
don-s-bento-paris-4
don-s-rue-des-ecouffes-paris-4
C’est où ?

Don’s

5 rue des Ecouffes – 75004 Paris
Ouvert tous les jours de 12h à 15h, le samedi jusqu’à 22h et le dimanche jusqu’à 21h
www.facebook.com/dons.marais

don's-rue-des-ecouffes
Comme toute parisienne qui se respecte, je rêve souvent de quitter Paris. Comme tous les parisiens, je reste et me plains car ça fait du bien et car j'<3 rien je suis parisien. Je reste aussi pour le chant de la baguette, pour ce petit japonais au bout de ma rue, pour ces adresses qui ouvrent chaque jour, pour une tartelette au citron, pour du fromage toujours au lait cru, pour un bibimbap dans le 15ème, un Tigre qui pleure dans le 13ème, pour un bar à vin dans le 2ème, pour cette nouvelle adresse de burger à la sauce chinoise. Pour les ponts, pour les ruelles, pour les épiceries, l'odeur des boulangeries, pour déambuler dans le 7ème observer ceux qui achètent leur PQ à la Grande Ep' et pour voir les boubous défiler à Barbès, pour un butter chicken Passage Brady et un parfait café latte rue de Babylone. Pour m'arrêter devant la Pagode, pour lécher les vitrines, pour se prendre pour une touriste, pour s'étonner à rêver d'y habiter…

Written By
More from Anaïs Lerma

It’s that time again…

FacebookTwitterPinterestIf there is a catchword that sums up 2015, it must be...
Read More

1 Comment

  • C’est vrai que c’est assez sympa et super accueillant. J’ai pensé la même chose. Et dans ce quartier c’est plus étonnant.
    Ne manque plus, à mon gout, que tout soit maison.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *