La tendance Street Food et Food Trucks par Joris du blog Les Tasters

le-camion-bol-nathalie-top-chef-food-truck

Derrière le blog des Tasters, un fou de bouffe. De bonne bouffe. L’industriel c’est pas du tout sa sauce. Même s’il l’avoue, ça peut parfois être bon, ça ne respecte pas les règles du jeu. Fou de pâtes à tartiner, s’il concède à Nutella sa texture inimitable, il teste compulsivement les pâtes à tartiner de chocolatier et de chefs à la recherche de la perle rare.

Depuis quelques mois, Jojo s’est spécialisé dans la street food et s’est plus particulièrement lié d’amour avec les food Trucks. Je ne vois pas autre chose que l’amour pour conduire un seul être à tester près de 60 food trucks Pour lui, le food truck ce n’est pas de la junk food sur roues mais de la bonne cuisine qui s’invite dans la rue.

De burgers en fish & Chips, de hots dogs en pad thai, de crèpes en viande slicée, de tacos en Piadina, d’arepas en empanadas, de bo-buns en bagels, de dim sum en Banh Mi, les camions ambulants ont fait voyagé JoJo à travers Paris et l’Ile de France.les-tasters-blog

 

Il nous dévoile sa vision de ce phénomène ambulant mais déjà bien installé.

La street food c’est quoi ?

La street food, au sens strict désigne toutes les formes de repas préparés dans la rue. Cela implique une restauration plus simple et adaptée à la mobilité. Toutefois, dans certains pays et notamment en France, elle regroupe les plats que l’on peut emporter, même s’ils sont cuisinés dans un resto, en fixe. L’utilisation du terme anglais définit plus particulièrement cette nouvelle cuisine de chef en extérieur, moderne, décomplexée et créative.le-camion-bol-nathalie-top-chef-food-truck

Comment s’est développé ce phénomène ces dernières années ?

L’impact de la crise est indéniable. La faiblesse de l’investissement, notamment par rapport à la restauration classique, a permis à de nouveaux entrepreneurs dont un grand nombre en reconversion, de créer et développer leur projet et vivre leur passion.

Le changement des mentalités, de l’organisation, de l’espace et du temps disponible pour les repas ont également contribué à son développement. La coupure déjeuner est ainsi passée de 1h30 à 22 minutes en 20 ans. Cette réduction concerne notamment les jeunes, les femmes et les cadres.

cantine-california

Quelles sont les grandes tendances de la streetfood ?

Les idées viennent souvent de l’étranger et notamment des pays anglo-saxons d’où est originaire le mouvement des food trucks. Ces derniers temps, les sandwichs chauds, les spécialités asiatiques. La diversité des cuissons, les déclinaisons thématiques et la personnalisation de recettes régionales se développent.

Peux-tu nous donner ton Top 5 street food à Paris ?

Je ne suis pas à l’aise avec les tops qui créent des hiérarchies alors que les idées se valent mais j’apprécie l’esprit d’entreprise de Kristin qui en plus des ses 3 Camion qui Fume, son Freddies Deli (sandwich chaud US), son bar à pop corn, va ouvrir une cantine chinoise au wok, Miss Pig- Food truck et son cochon fermier tout maison, La Brigade et ses viandes slicées snackées, Glaces Glazed aux parfums démoniaques et le comptoir Frenchy To Go pour son exigence et la qualité de ses produits.

food-truck-la-brigade-viande-slicee-paris

Pourquoi as-tu décidé de t’intéresser à cette tendance ?

Parce que j’ai compris des le début qu’il ne s ‘agissait pas d’une tendance mais d’un changement profond de nos habitudes alimentaires. C’est assez excitant d’être au départ d’un mouvement qui va laisser apparaître de nouvelles idées et beaucoup de créativité.

Les français aiment se mettre à table, sont-ils prêts pour la cuisine de rue ?

Tout est plus lent ici. Les français sont traditionnellement conservateurs et classiques, surtout en terme d’alimentation. Le manque de curiosité les poussent à ne pas essayer, à ne pas goûter mais ils s’y mettront car l’offre se multiplient et correspond de plus en plus à leur besoin. On observe que les jeunes mangent plus facilement à l’extérieur. Ce sont les plus de 50 ans qui ont du mal.

Sais-tu si la tendance prend autant dans les autres villes de France ? d’Europe ?

La tendance est très forte dans les autres pays, soit par tradition, soit par curiosité. Les pays du Nord de l’Europe sont en avance, pour l’instant. La Belgique et l’Italie viennent d’organiser 2 gros festivals avec succès alors que l’Angleterre impressionne avec le British Street Food Award qui a lieu tous les ans. La province est dynamique mais de manière inégale selon les régions. On le sait moins mais les premiers food trucks ont été crée en dehors de Paris.

Quelles seront, selon toi, les prochaines étapes dans le développement de la streetfood en France ?

La question des emplacements et des horaires est déterminante. La population sera tentée, à force de passer devant, de venir goûter, en dehors des heures habituelles de repas.

C’est encore plus important pour les food trucks. Le business a besoin de se consolider et les intervenants de se regrouper pour être plus présent par rapport aux pouvoirs publics. Il parait difficile de croître sans un coup de pouce des municipalités. Tant qu’il n’y aura pas des lieux réservés en centre-ville, on restera dans l’aventure.

food-trucks-paris

L’événementiel est aussi en plein développement avec une partie traiteur non négligeable. Les fêtes et festivals sont des lieux rêvés pour cette cuisine d’idées pratiques et mobile. Une meilleure utilisation des technologies et des réseaux sociaux permettra la convergence et l’information, notamment pour être au courant et retrouver ces entreprises nomades.

> Blog Les Tasters
> Twitter pour profiter de la veille hyperactive de Jojo
La page Facebook « On veut des Food Trucks – On veut de la street » créée par Les Tasters pour suivre l’actualité des food trucks

Comme toute parisienne qui se respecte, je rêve souvent de quitter Paris. Comme tous les parisiens, je reste et me plains car ça fait du bien et car j'<3 rien je suis parisien. Je reste aussi pour le chant de la baguette, pour ce petit japonais au bout de ma rue, pour ces adresses qui ouvrent chaque jour, pour une tartelette au citron, pour du fromage toujours au lait cru, pour un bibimbap dans le 15ème, un Tigre qui pleure dans le 13ème, pour un bar à vin dans le 2ème, pour cette nouvelle adresse de burger à la sauce chinoise. Pour les ponts, pour les ruelles, pour les épiceries, l'odeur des boulangeries, pour déambuler dans le 7ème observer ceux qui achètent leur PQ à la Grande Ep' et pour voir les boubous défiler à Barbès, pour un butter chicken Passage Brady et un parfait café latte rue de Babylone. Pour m'arrêter devant la Pagode, pour lécher les vitrines, pour se prendre pour une touriste, pour s'étonner à rêver d'y habiter…

Written By
More from Anaïs Lerma

Mombini, café-boutique pour parents

FacebookTwitterPinterestMombini est un café-poussettes, un concept en développement ces dernières années à...
Read More

1 Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *