Le Paris de Marine, créatrice d’en une Bouchée

by

marine-cerbelleJ’avais parlé de ma rencontre avec Marine autour de ses choux et bouchées dans un précédent article. Marine, qui s’est reconvertit dans la cuisine il y a quelques mois, propose à travers en une Bouchée, un service de traiteur pour petites et plus grandes occasions en mettant sur le devant de la scène la finger food – ou le plaisir de manger avec les doigts et uniquement avec les doigts !

Fausse parisienne, mais de fait bien plus amoureuse de Paris que beaucoup de Real parisiens, elle nous livre ses adresses et son Paris.

Trois mots qui définissent ton Paris

marine-cerbelle-enunebouchee

Plutôt rive gauche ou rive droite

Alors, moi les rives … J’y connais rien, je ne sais jamais de quel côté je me trouve.
Pas Parisienne de souche, à Rouen, d’où je viens, c’était plutôt Rive Droite car la Rive Gauche était moins vivante, plus populaire, moins commerçante.
Les ponts à Paris, je les traverse d’une rive à l’autre sans préjugés.

Le truc que tu détestes chez tes compatriotes parisiens ?

Leur mauvaise humeur contagieuse, leur impolitesse et donc leur manque de sourires !

Le truc que tu adores chez tes compatriotes parisiens ?

Leur ville et leurs adresses qui y sont cachées.

Ce qui te ferait quitter Paris ?

Soyons terre à terre, quand on n’est pas 100% Pur Jus de Paris, on n’a pas peur d’aller vivre ailleurs ou de retourner en Province. Pour moi, le 1er qui m’offre ma GreenCard pour San Francisco, je le suis immédiatement, ma valise est déjà prête !

Ce qui te fait rester à Paris ?

Parfois je me demande. Je pense qu’il y a un coté addictif à Paris non ? Tout se passe ici, pour débuter sa vie pro et mon business c’est l’idéal, tout peut aller si vite.

La personnalité féminine qui incarne le mieux la parisienne ?

Joséphine Baker, une américaine, qui a tout gagné et aussi tout perdue à Paris.
Une femme, comme beaucoup de provinciales et d’étrangères, qui a souvent rêvé de Paris et s’est dit que c’était à Paris que tout était possible. Elle a eu l’audace de tout quitter, n’a pas eu peur de venir s’y installer et y a connu la gloire. Elle s’est aussi investi pour sa nouvelle patrie et pour Paris tout au long de sa vie.

josephine-Baker

Quel est ton quartier préféré ?

J’adore me balader dans mon quartier à pieds, lever la tête, flâner. C’est Gratuit et pas besoin de faire la queue pendant des heures.
J’aime mon quartier et ceux alentours, c’est très varié, 14ème assez familial, calme, il y a ce côté province qui me fait du bien. En 2 minutes, je suis dans le 13ème, hétéroclyte, plus populaire, il me fait voyager en Asie et puis je pousse vers le 5ème, le 6ème c’est BoBo, c’est Chic.
Paris me surprend toujours, je la découvre et redécouvre perpétuellement.

Tes boutiques préférés ?

Je suis encore frileuse pour aller découvrir des boutiques particulières à Paris, je ne sais pas où aller, il y a tellement l’embarras du choix que, d’un coup, le côté provincial resurgit et je me cantonne à ce qui est connu.

Tes bons plans bouffes préférés (restos, commerces, bar…)

Comme pour les boutiques, je n’ai pas encore d’endroits favoris, y’en a tellement à découvrir.
Alors je suis les conseils avisés de Parisianavores pour découvrir des bonnes adresses qui ne feront pas de mal à mon portefeuille.

Le Village épicerie fineLe Village Epicerie Fine, depuis que j’ai découvert ce coin de Paradis, je rêve de m’y attabler tous les jours, juste pour voir les gens parler, être dans l’ambiance de cette boutique, discuter avec Eric tout en me régalant de sa délicieuse cuisine.

La Véraison, (64 Rue de la Croix Nivert  75015 Paris). Parce que c’est là que tout a commencé entre le monde de la cuisine et moi mais aussi car la cuisine de la chef Ulla, me parle. De beaux produits de qualité, de saison, cuisinés avec passion, pour toujours faire plaisir à nos papilles.
Cueva Del Diablo, (13 Rue du Cardinal Lemoine  75005 Paris). Je mange très peu de viande. Je ne suis pas végétarienne, je pars juste du principe qu’il faut y mettre le prix pour en manger de la bonne, alors c’est très rare. Ici, une viande Argentine a tomber, une bonne sélection de vins Argentins, je ne conseille pas forcément les desserts que je trouve excessif.

ETRE À PARIS SANS ÊTRE À PARIS, OÙ ÇA ?

marché-des-enfants-rouges– Le Marché des Enfants Rouges, c’est un lieu typiquement parisien et pourtant j’y retrouve l’ambiance des marchés bondés d’Asie ou d’Orient, où l’on s’arrête déjeuner avant de continuer ses courses ou sa route.

– Avez-vous déjà fait un tour au Parc Montsouris ? Oui ? Non ? C’est déjà un parc que j’apprécie beaucoup. Toutes les pelouses sont autorisées (rare à Paris lol), le parc est ouvert assez tard l’été, idéal pour les pique-niques, etc. Mais allez découvrir les petites rues côté Ouest du parc et là … Vous ne serez pas à Paris dans la seconde : L’impasse Nansouty, la Villa du Parc Nansouty, la rue du Parc de Montsouris, la rue Georges Braque et le Square de Montsouris.


Comme toute parisienne qui se respecte, je rêve souvent de quitter Paris. Comme tous les parisiens, je reste et me plains car ça fait du bien et car j'<3 rien je suis parisien. Je reste aussi pour le chant de la baguette, pour ce petit japonais au bout de ma rue, pour ces adresses qui ouvrent chaque jour, pour une tartelette au citron, pour du fromage toujours au lait cru, pour un bibimbap dans le 15ème, un Tigre qui pleure dans le 13ème, pour un bar à vin dans le 2ème, pour cette nouvelle adresse de burger à la sauce chinoise. Pour les ponts, pour les ruelles, pour les épiceries, l'odeur des boulangeries, pour déambuler dans le 7ème observer ceux qui achètent leur PQ à la Grande Ep' et pour voir les boubous défiler à Barbès, pour un butter chicken Passage Brady et un parfait café latte rue de Babylone. Pour m'arrêter devant la Pagode, pour lécher les vitrines, pour se prendre pour une touriste, pour s'étonner à rêver d'y habiter…

1 Response

Un petit mot ?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Inline
Inline