Little Fernand, les hot-dogs qui ont du chien

little-fernand-hot-dog

Quelques mois après leur ouverture en fanfare, les heureux moustachus de Big Fernand réitèrent avec leur recette magique : gastronomiser l’image d’un plat street-food : le hot-dog.

Après l’Atelier du burger, c’est donc Little Fernandl’Atelier du Hot-dog qui joue la star dans la même rue du Faubourg Poissonnière à 10 numéros de son grand frère, en rejouant les accords qui ont fait le succés du Big :

– Des noms  de produits plus qu’originaux : « Meuh ! », « Bzzz ! »« Bêêêê ! »« Houyouyouille ! ». ET oui, on exulte devant les timides qui rougissent en passant sa commande.

– Des recettes mêlant traditionnel et french touch

– Une équipe à la moustache et aux petits soins dès l’entrée la file d’attente où l’on vous présente la fabrication et les recettes de l’Atelier.

– Une déco industrielle franchouillarde

– Une formule à emporter et un local assez restreint

Même résultat que Big Fernand : un succès à faire pâlir les autres restaurateurs du quartier.

little-fernand-ecrin-hot-dog

Dans mon « assiette »

Le Bêêêê ! : Saucisse veau-volaille, Chèvre, Éclats de noisette, Courgette grillée, Moutarde moût de raisin et un Dr Pepper.

« 22 cm de longueur, 8 cm de diamètre, 230 grammes »

little-fernand-hot-dog

little-fernand-BêêêêVoici les autres recettes proposées :

– Le Meuh ! : Saucisse boeuf-porc, Vache qui rit, Oignons frits, Relish (cornichons cuits dans du caramel au beurre salé), Moutarde gingembre, Ketchup au vinaigre balsamique.
– Le Bzzz ! : Saucisse veau-volaille, Fourme d’Ambert, Oignons confits, Moutarde cidre et miel, Ketchup au vinaigre balsamique.
– Le Rrrrr ! : Saucisse veau-porc, Tartare (ail & fines herbes), Oignons frits, Moutarde cidre & miel, Ketchup au vinaigre balsamique.
– Le Houyou-youille ! : Saucisse boeuf-porc, Vache qui rit, Relish, Tabasco, Oignons frits, Moutarde piment d’Espelette.

On peut également créer son propre hot-dog.

little-fernand-atelier-hot-dog

C’est combien ?

Le hot-dog classique (pain + saucisse au choix + ketchup et/ou moutarde est à 7€.

Le hot-dog seul est à 10 euros, le menu (hot-dog, boisson dessert) est à 14€.

Mon avis

Le prix du hot-dog est plus difficile à digérer que celui du burger, ce qui explique peut-être en partie la préférence (affichée par la file d’attente) pour Big Fernand. Mais les recettes sont nettement plus originales que les hot-dogueries qui fleurissent dans le Marais.

A part ça, j’ai adoré le packaging, c’est beau mais aussi très pratique pour manger son hot-dog en ayant l’air distingué en restant digne (pas besoin de m’expliquer, on a tous croqué dans des sandwichs où les tomates cherchent à sortir pour dire bonjour comme le disait Gad).

Little Fernand propose évidemment des formules – avec boissons bio (Bionade), chips artisanales ou Coleslaw mais malheureusement pas les Fernandines de Big Fernand !

Note Ambiance/déco/servicenote
Note pour le goût

little-fernand-deco

Ils ont aimé

Le Fooding : « La bête est parfaite, joliment packagée : saucisse artisanale bœuf-porc, Vache qui rit, oignons frits, relish, moutarde gingembre ET ketchup au vinaigre balsamique, le tout dans un pain viennois… » >> Lire la suite

Zagat : « Maintenant, vous avez compris, Little Fernand, cela a tout d’un grand. C’est sans doute de loin le meilleur Hot Dog de Paris ! » >> Lire la suite

Il a moins aimé

Le Figaro : « Après 20 minutes de queue et les climats d’étuve, pas grand-chose à déclarer qu’un snobisme mou. » >> Lire la suite

C’est où ?

Little Fernand – 45 Rue du Faubourg Poissonnière  75010 Paris – 01 42 46 06 27

Ouvert du lundi au samedi de 12h à 14h30 et de 19h30 à 22h30.

devanture-little-fernand


Agrandir le plan

Comme toute parisienne qui se respecte, je rêve souvent de quitter Paris. Comme tous les parisiens, je reste et me plains car ça fait du bien et car j'<3 rien je suis parisien. Je reste aussi pour le chant de la baguette, pour ce petit japonais au bout de ma rue, pour ces adresses qui ouvrent chaque jour, pour une tartelette au citron, pour du fromage toujours au lait cru, pour un bibimbap dans le 15ème, un Tigre qui pleure dans le 13ème, pour un bar à vin dans le 2ème, pour cette nouvelle adresse de burger à la sauce chinoise. Pour les ponts, pour les ruelles, pour les épiceries, l'odeur des boulangeries, pour déambuler dans le 7ème observer ceux qui achètent leur PQ à la Grande Ep' et pour voir les boubous défiler à Barbès, pour un butter chicken Passage Brady et un parfait café latte rue de Babylone. Pour m'arrêter devant la Pagode, pour lécher les vitrines, pour se prendre pour une touriste, pour s'étonner à rêver d'y habiter…

Written By
More from Anaïs Lerma

FacebookTwitterPinterest De l’Open Data à l’innovation participative; les données par et pour...
Read More

5 Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *