Promenade de la Villa Santos Dumont à la Petite Ceinture – Paris 15

by

 

Villa Santos Sumont

Plaisir des yeux, de nombreux badauds se promènent ici, rêveurs, devant les lofts d’artistes avec verrière ou la tête entre deux barreaux de portails pour zieuter les beaux jardins privés. Le sculpteur Ossip Zadkine, les peintres Victor Brauner et Fernand Léger y ont longtemps habité alors que Georges Brassens vécut au n°42 de cette rue. Elle se trouve d’ailleurs à quelques dizaines de mètres du parc Georges Brassens. La Villa Santos Dumont, c’est un peu le rêve du parisien, être un peu à la campagne, au calme avec une petite vie de village en plein coeur de Paris…

Consultez mon guide du 15ème

villa-santos-dumont-paris-15

villa-santos-dumont-paris-15eme

villa-santos-dumont-avis

villa-santos-dumont-paris15

15eme-villa-santos-dumont-paris-15

villa-santos-dumont

villa-santos-dumont-paris15eme

villa-santos-dumont-paris-15-convention

visit-villa-santos-dumont-paris-15

villa-santos-dumont-paris-15-insolite

villa-santos-dumont-paris-15-visiter

paris-villa-santos-dumont-paris-15

villa-santos-dumont-paris-75015

villa-santos-dumont-paris-15-paris-secret

 

La Maison de l’Impasse du Labrador

C’est cette découverte qui me fit découvrir un certain Alexandre Chauvelot. Fils d’ouvrier et ouvrier lui-même avant de se bâtir une petite fortune d’abord en tant qu’artiste puis rôtisseur, il devient promoteur à Paris au milieu du 19ème siècle. Il est notamment à l’origine de la rue des Thermopyles. Puis, il décide de bâtir le Village de l’Avenir  destiné à une population modeste, dont fait partie la Villa Santos Dumont (anciennement dénommée villa Chauvelot) et l’Impasse du Labrador.

Au fond de l’Impasse du Labrador, on aperçoit derrière un grand portail, une petite maison presque dans la prairie, en plein 15ème. Le toit est un peu abîmé mais la maison est bel et bien là, j’espère pour longtemps.

impasse-du-labrador-paris15

maison-impasse-du-labrador

impasse-du-labrador

paris15-impasse-du-labrador

impasse-du-labrador-paris-15

La Ruche

Situé au n°2 du Passage Dantzig, la Ruche est une cité d’artistes fondée en 1902 et comptant une soixantaine d’ateliers. Ce lieu fut créé pour aider de jeunes artistes sans ressources. Charles Lemanceau, Modigliani, Soutine, Epstein, Brancusi, Léger ou Zadkine sont, par exemple, passés par là… Elle n’est malheureusement pas ouverte au public, seuls les résidents, toujours des artistes y ont accès. Mais vous pouvez toujours essayer d’appeler 😉
la-ruche-paris15

la-ruche-paris-15

La Petite Ceinture : Coulée verte

Depuis 2014, l’ancienne ligne de Petite Ceinture, du 101 rue Olivier-de-Serres à la place Balard, est aménagée en espace vert. La ligne n’était plus exploitée depuis plus de 20 ans. J’y allais parfois ado, en enjambant les herbes folles, pour défier le panneau d’iterdiction.

Le tronçon est très bien aménagée et accessible à tous  grâce à 3 ascenseurs (autre accès par le 82 rue Desnouettes).Un chouette sentier de 1,3 km de long
la-petite-ceinture-paris15
petite-ceinture-paris-15-balard

petite-ceinture-paris15-acces

petite-ceinture-paris15-coulee-verte

petite-ceinture-paris15-rive-gauche

petite-ceinture-paris15

Vous avez davantage de temps ? Faites un tour au Parc Georges Brassens ! 

Comme toute parisienne qui se respecte, je rêve souvent de quitter Paris. Comme tous les parisiens, je reste et me plains car ça fait du bien et car j'<3 rien je suis parisien. Je reste aussi pour le chant de la baguette, pour ce petit japonais au bout de ma rue, pour ces adresses qui ouvrent chaque jour, pour une tartelette au citron, pour du fromage toujours au lait cru, pour un bibimbap dans le 15ème, un Tigre qui pleure dans le 13ème, pour un bar à vin dans le 2ème, pour cette nouvelle adresse de burger à la sauce chinoise. Pour les ponts, pour les ruelles, pour les épiceries, l'odeur des boulangeries, pour déambuler dans le 7ème observer ceux qui achètent leur PQ à la Grande Ep' et pour voir les boubous défiler à Barbès, pour un butter chicken Passage Brady et un parfait café latte rue de Babylone. Pour m'arrêter devant la Pagode, pour lécher les vitrines, pour se prendre pour une touriste, pour s'étonner à rêver d'y habiter…
2 Responses

Un petit mot ?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

[an error occurred while processing this directive]